Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Un contrat de performance énergétique de la ville de Paris est lauréat de la catégorie efficacité énergétique

Olivier Cognasse ,

Publié le

Le contrat de performance énergétique de la Ville de Paris, prévu pour vingt ans et portant sur 100 écoles, est lauréat des Trophées de la transition énergétique 2017 dans la catégorie efficacité énergétique.

Un contrat de performance énergétique de la ville de Paris est lauréat de la catégorie efficacité énergétique
Le contrat de performance énergétique de la Ville de Paris est lauréat des Trophées de la transition énergétique 2017 dans la catégorie efficacité énergétique.
© DR

En 2020, 300 écoles publiques parisiennes (sur 652) auront réussi leur mue énergétique. Dans le cadre du Plan climat énergie de Paris, qui prévoit une réduction de 30 % de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour son administration, un premier contrat de performance énergétique (CPE), prévu pour vingt ans et portant sur 100 écoles, a été signé en 2011. Achevés en 2013, les travaux ont permis de réduire la consommation d’énergie de 35 % et les émissions de GES de 39,2% en 2014 par rapport à 2008-2009. Soit une économie équivalente à la consommation de 2 000 ménages sur un parc très hétéroclite. "Nous avons des écoles construites sous Jules Ferry avec un comportement thermique plutôt satisfaisant, mais aussi et surtout des passoires énergétiques datant des années 1960-1970", explique Joseph Tang, le chef de la mission CPE Écoles.

Un deuxième CPE a été lancé, en décembre 2016, pour 140 écoles. Le suivant, qui sera attribué en 2018, en concernera 60 autres. La prochaine mandature prendra le relais. L’application des CPE nécessite "trois années de travaux, comprenant des changements de menuiserie, l’isolation intérieure et extérieure, l’isolation des combles (17 000 m² pour le CPE 1 et 20 000 m² pour le CPE 2), l’intervention sur le génie climatique avec un changement de chaudières, notamment avec des pompes à chaleur, précise Joseph Tang. Mais aussi une gestion de l’intermittence. Car la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle