Un concours pour des projets industriels de recyclage

Pour éviter la mise en décharge, l'Ademe va financer une vingtaine d'équipements favorisant la valorisation des plastiques usagés.

Partager

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) vient de lancer un appel à projets pour soutenir les investissements en matière de valorisation des déchets plastiques. Le concours, pour lequel l'Agence va consacrer 30millions de francs tirés de la taxe sur la mise en décharge, est ouvert jusqu'au 16juin. "Par plastique, souligne Eric Darlot, chargé des déchets plastiques à l'Ademe, on entend polymère au sens large: les thermoplastiques, les thermodurcissables, les composites et les élastomères, à l'exception des pneus". Et y compris les déchets où le plastique est majoritaire, comme dans les résidus de broyage de l'automobile. Qu'ils soient ménagers, industriels ou agricoles, tous les déchets sont donc concernés. Soit environ 2,5millions de tonnes de plastiques usagés par an, qui, pour la plus grande part, prennent le chemin de la décharge. Les industriels, du groupe international à la PMI locale, ou les collectivités locales qui envisagent de mettre en place des équipements -exploités commercialement - facilitant la collecte et le tri ou contribuant à la réduction des déchets de production, à la valorisation énergétique ou au recyclage, sont appelés à concourir. Les lauréats bénéficieront d'une avance remboursable fixée à 30% du montant des équipements (hors génie civil et bâtiment) et plafonnée à 2,5millions de francs. Les critères de sélection? "La technique doit être innovante, reproductible, pour pouvoir être essaimée en France, et permettre le traitement de déchets peu valorisés aujourd'hui, tels que les films étirables, le polystyrène expansé ou les fûts." D'autre part, les techniques économes en énergie ou qui dispensent d'une double fusion seront les bienvenues. Les opérations de régénération qui visent à regranuler les plastiques usagés pour les revendre à un transformateur seront pénalisées. En revanche, les techniques de regranulation, suivies immédiatement par la fabrication de nouvelles pièces, seront favorisées. L'Ademe veillera à ce que les projets retenus recourent exclusivement à des résines régénérées même si le prix de la matière première vierge venait à baisser. L'appel à projets n'est pas lancé au hasard. Les cours élevés des matières premières et les futures contraintes réglementaires sont autant d'arguments aux mains de l'Ademe. Le 11septembre, un jury national, composé de représentants des ministères et des professions concernés, sélectionnera les dossiers déposés dans les délégations régionales de l'Ademe. Et, en octobre, vingt à vingt-cinq projets devraient être retenus. Jean-Michel MEYER

USINE NOUVELLE N°2495

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS