Un concours international pour réinventer la Seine, de Paris jusqu'au Havre

, , ,

Publié le

Paris, Rouen et Le Havre lancent un appel à projets international pour "réinventer la Seine". L’objectif est de donner une deuxième vie à 42 sites (terrains nus ou bâtis, emprises sur l’eau, ouvrages…) situés sur l’axe Seine.


Crédit Uwe Aranas Wikimedia - La Seine à Rouen

Donner une deuxième vie à l’ancienne usine de potabilisation d’eau d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), à son bâtiment industriel monumental et à ses bassins de filtration, c’est l’un des challenges proposés aux architectes, urbanistes, paysagistes, investisseurs, startups, artistes, designers dans le cadre de l’appel à projets international "Réinventer la Seine".

Cet appel à projets a été présenté lundi 14 mars à Rouen (Seine-Maritime), dans un ancien hangar portuaire transformé en salle de concert, par les maires de Paris, Rouen et Le Havre et François Philizot, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine. 42 sites qui jalonnent l’axe Seine - dont 23 en Ile-de France - vont être mis disposition par les collectivités locales et par Haropa, le GIE qui réunit depuis 2012 les ports de Paris, Rouen et Le Havre.

L’initiative qui s’inspire de "Réinventer Paris" vise à donner une seconde vie à ces 42 sites de l’axe séquanien, qu’ils soient des terrains nus ou bâtis, des emprises sur l’eau ou des ouvrages tels que des ponts ou des passerelles. A Rouen, c’est, par exemple, l’ancien plus grand chai à vin d’Europe construit sur cinq niveaux dans les années 1950 qui est mis à disposition par le port de Rouen. A Sainte-Adresse, près du Havre (Seine-Maritime), c’est un terrain situé sur le cap de la Hève tout près du phare du même nom qui est proposé aux acteurs privés. Le challenge : mettre en place un "belvédère innovant tirant le meilleur parti possible du site", celui-ci offrant une vue exceptionnelle sur l’estuaire de la Seine.

Capter les flux aussi

Pour chaque site, l’enjeu pour les porteurs de projets retenus sera de réhabiliter, transformer, inventer quelque chose en termes d'usages nouveaux et de nouveaux liens à l'eau. François Philizot résume le modèle économique de cet appel à projets: "La puissance publique apporte le foncier et les opérateurs privés investissent pour donner une deuxième vie à ces sites", avec un coup de main de la Caisse des dépôts en matière d'ingénierie.

"Paris est la seule grande métropole mondiale qui n’a pas une ouverture directe sur la mer", a rappelé Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, expliquant que "Réinventer la Seine" doit servir "d’accélérateur" à la construction d’un "grand Paris jusqu’à la mer". Allusion au projet "Seine Métropole" de l’architecte Antoine Grumbach en 2009.

De son côté, le maire (LR) du Havre Edouard Philippe, a fait entendre une petite musique différente, insistant sur l’urgence qu’il y a, selon lui, à intégrer cette initiative dans les enjeux économiques liés à la fonction "transport" de l’axe Seine, première porte d’entrée internationale pour les marchandises. "Toutes les bonnes idées s’écraseront si nous ne sommes pas capables de capter, sur l’axe Seine, les flux au niveau mondial", a déclaré Edouard Philippe. Le maire du Havre s’apprête à célébrer les 500 ans de la création de sa ville par François 1er. Une ville-port créée ex-nihilo en 1517.

Claire Garnier

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte