Un commando de 28 tueurs a assassiné le président haïtien

par Andre Paultre et Robenson Sanon

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un commando de 28 tueurs a assassiné le président haïtien
Le groupe d'assassins ayant abattu le président haïtien Jovenel Moïse était composé de 26 Colombiens et de deux Américains d'origine haïtienne, ont annoncé jeudi les autorités haïtiennes, ajoutant qu'elles traquaient toujours les commanditaires du meurtre. /Photo prise le 9 juillet 2021/REUTERS/Estailove St-Val

PORT-AU-PRINCE/BOGOTA (Reuters) - Le commando qui a assassiné le président haïtien Jovenel Moïse était composé de 26 Colombiens et de deux Américains d'origine haïtienne, ont annoncé jeudi les autorités haïtiennes, ajoutant qu'elles traquaient toujours les commanditaires du meurtre.

Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné mercredi par ce que les autorités ont décrit comme un groupe de tueurs professionnels.

Les forces de l'ordre avaient localisé mercredi les suspects dans une maison située à proximité du lieu du crime à Petionville, une banlieue du nord de la capitale Port-au-Prince.

Trois suspects ont été tués et 17 interpellés après une fusillade nourrie. Huit sont parvenus à prendre la fuite, selon la police haïtienne.

Le chef de la police Leon Charles a présenté 17 hommes aux journalistes lors d'une conférence de presse jeudi, montrant également des passeports colombiens, des fusils d'assaut, des machettes et des talkies-walkies.

"Des étrangers sont entrés dans notre pays pour tuer le président", a déclaré Leon Charles. "Il s'agit de 26 Colombiens et de deux Américains d'origine haïtienne."

Le ministre colombien de la Défense Diego Molano a déclaré dans un communiqué que selon les premières constatations, les Colombiens impliqués dans l'assassinat étaient des militaires à la retraite.

Selon des sources au sein de la police et de l'armée colombiennes, plusieurs des tueurs colombiens se trouvaient depuis d'un mois sur le territoire haïtien, qu'ils ont gagné via la République dominicaine.

Quatre d'entre eux avaient réservé un vol le 4 juin à destination de Punta Cana. Deux jours plus tard, ils franchissaient la frontière haïtienne, selon les mêmes sources.

L'état d'urgence a été décrété pour 15 jours en Haïti.

(Reportage par Andre Paultre et Robenson Sanon à Port-au-Prince, avec Luis Jaime Acosta à Bogota et Stefanie Eschenbacher à Mexico, rédigé par Sarah Marsh; version française Camille Raynaud et Sophie Louet, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS