Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un cluster numérique pour le maritime

Olivier Cognasse ,

Publié le

Réunis au Havre, les acteurs du numérique, du maritime et du fluvial ont annoncé la prochaine publication d’un livre bleu et la création d’un cluster marétique. Avec l’ambition de développer des solutions françaises pour la filière.

Un cluster numérique pour le maritime © D. R.

Les deuxièmes rencontres de la marétique ou du numérique appliquées à l’économie maritime et fluviale se tiennent depuis hier (jeudi 31 mai) au Havre (Seine-Maritime). Seagital a élu domicile à la chambre de commerce et d’industrie face aux docks rénovés. Ces deux jours sont consacrés à la future mise en place d’un cluster de la marétique qui devrait voir le jour en début d’année prochaine. "Nous discutons dans les ateliers des hypothèses de travail. Le cadre reste à définir. La gouvernance sera posée, mais l’idée est d’avoir les représentants des filières", précise Brahim Bennacer, chef de projet à la CCI du Havre et pour Seagital.

L’idée est de fédérer toutes les compétences pour développer des projets numériques, si possible avec des entreprises françaises. "Il faut qu’un maximum d’acteurs français s’impliquent." Cela peut concerner la formation à la conduite des péniches, la mise en place du guichet unique pour les formalités dans les ports européens en 2014 (dématérialisation), des services pour naviguer dans les ports de plaisance, l’intelligence des données, etc.

Livre bleu en septembre

Un Livre bleu de la marétique fixera dès septembre prochain la feuille de route de cette économie maritime numérique. Ce projet soutenu par l’Europe (Feder), l’Etat, la région, la CCI et la ville du Havre répond à de véritables besoins. Dans le fluvial, Steve Labeylie, chargé de mission à la Compagnie fluviale de transport (CFT), qui dispose de 240 barges, évoque les difficultés pour recruter et former des navigants. "Naviguer sur la Seine fait moins rêver les jeunes que dans les Caraïbes. Il nous faut des outils efficaces, des simulateurs qui n’existent pas actuellement sur le marché."

La TPE Reviatech devrait commercialiser le premier simulateur de conduite pour les péniches, sans doute en 2013. Il est développé en partenariat avec l’Université de technologie de Compiègne (Oise). Et notamment, Loïc Fricoteaux, qui réalise une thèse sur ce sujet.

En  attendant, Francis Vallat, le président du Cluster maritime français, ne cache pas sa joie. "C’est la première approche systématique et globale. Sans faire de cocorico, nous avons pris une longueur d’avance sur les autres pays. Cela permettra d’améliorer le service, le travail, de faire du business et d’exporter." La France ne disposait du deuxième domaine maritime mondial avec 11 millions de km².

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle