L'Usine Aéro

Un cluster drones installé sur l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge

, ,

Publié le

Désertée depuis plusieurs années par le Centre d’essais en vol, l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge (Essonne) pourrait devenir un centre de référence pour la filière française des drones.

Un cluster drones installé sur l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge © Civic Drone

Implanté sur les terrains de l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge (Essonne), le cluster Drones Paris Région, qui vient de naître, ambitionne de devenir un pôle mondial de référence pour le développement des drones. "En Essonne nous possédons toutes les compétences pour structurer une filière des drones. Nous avons de grandes ambitions car nous sommes convaincus que c’est une filière d’avenir", s’enthousiasme Nicolas Meary, maire de Brétigny-sur-Orge et président de l’association Drones Paris Région créée pour animer le cluster.

Jadis occupée par un des trois établissements du Centre d’essais en vol, la BA 217 de Brétigny-sur-Orge, située à trente kilomètres au sud de Paris, a fait l’objet d’un contrat de redynamisation des dites de défense (CRSD) qui a permis la cession de 300 hectares aux collectivités territoriales dont la communauté d’agglomération Cœur d’Essonne.

Le site essonnien présente l’immense avantage de disposer de locaux de bureaux, de hangars et surtout d’une piste.

Une piste longue de 1 500 mètres

"Le site bénéficie d’une piste longue de 1 500 mètres et bien dégagée pour pouvoir faire des essais de drones. C’est déjà un atout important par rapport à tous les terrains d’aéromodélisme que nous étions contraints d’utiliser auparavant. C’est en outre un ancien terrain militaire bien sécurisé et proche de Paris", explique Edouard Guilhot, directeur général de Civic drone et vice-président de Drones Paris Région. "Il y a aussi des bâtiments dans lesquels il est possible en voler en indoor et autour desquels on peut voler pour tester certaines applications se rapportant  à la sécurité ou à l’inspection du bâti", poursuit Edouard Guilhot.

Outre Civic Drone, plusieurs autres sociétés sont déjà installées sur place telles l’école de pilotage de drones, Drone Center, Azur drones ou encore Ufly. D’autres sont attendues tel Parrot, le champion français des drones de loisirs. Au total huit entreprises devraient s’être posées à Brétigny-sur-Orge d’ici la fin de l’année.

"Nous sommes en train de rénover un petit hangar qui puisse être utilisé par Parrot et il y a des projets de construction car tous les bâtiments sont déjà pleins. Un plan de travail prévoit la construction d’un bâtiment supplémentaire qui serait livré au troisième trimestre 2017", précise Nicolas Meary.

Mutualiser les moyens

Des partenaires académiques, scientifiques ou technologiques comme l’Onéra, l’Ecole polytechnique, l’université d’Evry ou encore les pôles de compétitivité Astech (aéronautique et spatial) et Systematic, dédié au logiciel et au numérique, ont déjà rallié le projet. "La France est un des leaders dans les drones. Nous avons tout pour réussir ce serait dommage de gâcher cette occasion", détaille Edouard Guilhot. Pour réussir les entreprises partent de l’idée de mutualisation. "On peut mutualiser des moyens de production et de R&D comme des grosses imprimantes 3D, des souffleries. On peut mutualiser la commercialisation avec une marque, une présence commune sur des salons…" Autre idée : Organiser à Brétigny-sur-Orge l’équivalent pour les drones de ce qu’est le salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget.

Patrick Désavie en Île-de-France

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte