Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Un centenaire en cinq dates] 1969, Boeing participe aux premiers pas sur la Lune

Pierre Monnier , , ,

Publié le

Pour célébrer les 100 ans de Boeing, redécouvrez toute la semaine l’histoire de cette entreprise aéronautique. De ses débuts à Seattle jusqu’à aujourd'hui, retour sur l’aventure de Boeing à travers cinq dates qui ont marqué son histoire. Troisième épisode : Boeing participe au programme Apollo qui envoie le premier homme sur la Lune, en 1969.

[Un centenaire en cinq dates] 1969, Boeing participe aux premiers pas sur la Lune © The Boeing Company

Les entreprises citées

Durant l’affrontement entre les blocs américain et soviétique de la Guerre Froide, le monde a pu assister à une course à la conquête spatiale. En envoyant le premier homme dans l’espace, le 12 avril 1961, l’Union soviétique fait de Youri Gagarine une légende, mais affirme surtout sa supériorité sur les Etats-Unis dans le domaine spatiale. Pourtant, cet exploit va pousser les américains vers un nouvel objectif, encore plus fou : marcher sur la Lune.

Les premiers clichés spatiaux

Au premier rang pour mener cette mission, la Nasa, chargée par le président Kennedy d’atteindre le satellite naturel de la Terre avant leur ennemi. Pour se faire, les Etats-Unis peuvent compter sur l’ensemble de leur industrie aéronautique. Parmi elle, Boeing fait figure de proue et participera au troisième programme de la Nasa, après Mercury et Gemini : Apollo.

Mais la route est encore longue avant le premier pas sur la Lune. En 1966, alors que l’avionneur américain fête son cinquantième anniversaire, Boeing met au point le programme Lunar Orbiter. Ces sondes spatiales auront la tâche de prendre des clichés de la Lune afin de repérer les zones d’atterrissage possibles pour le vaisseau Apollo. La première de ses sondes, Lunar Orbiter 1, sera envoyée dans l’espace le 10 août 1966 et transmettra, au cours de ses deux mois en orbite autour du satellite naturel, la première image de la Terre prise depuis la Lune.

Une fois la Lune scrutée, la Nasa s’attaque à la construction de Saturn V. Boeing sera choisi pour construire le premier étage du lanceur, au côté de North American Aviation pour le deuxième et Douglas Aircraft pour le troisième. Un véritable défi puisque les trois entreprises doivent travailler en totale coopération afin de fabriquer les plus de trois millions de pièces de Saturn V. "Chacune de ces pièces devait répondre à des milliers d’exigences et de normes, et devait pouvoir s’intégrer de façon fluide à toutes les autres", explique John Tracy, en charge de la technologie chez Boeing.

Un drame et des succès

Le 27 janvier 1967, la mission Apollo 1 se prépare. A son bord, Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee. C’est la première fois qu’un vol habité doit avoir lieu. Mais un incendie dans le module de commande du vaisseau se déclenche. Les trois hommes y laisseront la vie. Face au désastre, la Nasa fait appel à Boeing. Quelques semaines plus tard, les deux entités concluent un contrat historique d’évaluation et d’intégration technique. Le président de Boeing, Bill Allen déclarera : "Nous aiderons la nation de la manière dont le souhaitera la Nasa".

Les succès s’enchainent alors. La première fusée Saturn V décolle dans l’année. Le 24 décembre 1967, le premier vol habité du programme Apollo fait de Borman, Lovell et Anders les premiers hommes à observer la Terre comme une sphère et à graviter autour de la Lune.

Il faudra attendre six mois de plus pour voir l’objectif fixé par John F. Kennedy se réaliser. Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong, commandant d’Apollo 11, devient le premier homme à marcher sur la Lune. A ses côtés, Aldrin et Collins entre également dans l’histoire.

Malgré la prouesse technique, l’aventure n’est pas forcément bénéfique pour Boeing. Les coûts engendrés par la participation de l’entreprise à la conquête spatiale creusent les dépenses et contribuent aux difficultés financières rencontrées dans les années 1970. Mais les contraintes budgétaires ne sont rien face à l’expérience et au savoir-faire acquis. Boeing est désormais capable de construire des véhicules spatiaux sûrs et fiables.

Pierre Monnier

Cette série est réalisée avec l'aide de l'ouvrage écrit par Russ Banham,
Boeing : 100 ans, toujours plus haut, publié aux Editions Du Chêne / EPA.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle