Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Un centenaire en cinq dates] 1954, Boeing construit son premier avion de ligne à réaction

Pierre Monnier , , ,

Publié le

Boeing a 100 ans. Pour célébrer le centenaire de l’avionneur américain, L’Usine Nouvelle vous fait découvrir l’histoire de cette entreprise devenue l’une des plus importante dans le domaine aéronautique. De ses débuts à Seattle jusqu’à ses dernières créations, revivez l’aventure de Boeing à travers cinq dates qui ont marqué son histoire. Deuxième épisode : Boeing révolutionne le transport aérien avec le 707, son premier avion de ligne à réaction, en 1954.

[Un centenaire en cinq dates] 1954, Boeing construit son premier avion de ligne à réaction
Mai 1954, les employés de l'usine Boeing de Renton célèbrent la sortie du Dash 80, prototype du 707.
© Copyright © Boeing. All Rights Reserved.

A la sortie de la seconde guerre mondiale, Boeing s’est fait un nom grâce à ses bombardiers utilisés par l’armée américaine. Le constructeur continue de fabriquer des avions de ligne, mais les événements récents ont eu une symbolique forte. Le Seattle Times ira même jusqu’à écrire : "Si Boeing prospère en tant que constructeur militaire, ses performances sur le marché civil restent bien faibles."

Pourtant, l’entreprise débute le développement du Boeing 707, le premier avion de ligne à réaction (jet) américain. Dérivé de son bombardier B-47, ce programme est un réel pari pour l’époque. La plupart des compagnies aériennes disposent de flotte d’avions à hélices et l’acceptation par les passagers eux-mêmes n’est pas garantie. Un autre problème va se poser pour le nouvel appareil de Boeing, les aéroports allaient-ils pouvoir recevoir l’engin ? A l’époque, les jets n’en sont qu’à leurs prémices et étaient loin d’avoir fait leur preuve.

Explosion en plein ciel

Alors que Boeing se penche sur sa prochaine création, un coup dur est porté à l’ensemble des avions à réaction. Les jets 106 Comet du constructeur britannique De Havilland enchaînent les accidents. Pas moins de trois avions vont exploser en plein ciel. La cause des accidents sera attribuée à des erreurs de pressurisation au niveau des hublots. Un problème que les américains ont déjà réglé depuis longtemps. Malgré les doutes, le président de Boeing, Bill Allen en est convaincu : le jet est l’appareil du futur.

Plus de 5 000 personnes se penchent sur le développement au prototype du 707, le Dash 80. Avec 16 millions de dollars investis, c’est un quart de la valeur nette de l’entreprise qui est misé sur le programme. Un véritable coup de poker pour Boeing qui représente seulement 1% du marché civil. Un pari qui se risque d’autant plus quand le prix de l’appareil est annoncé : 4 millions de dollars, plus du double de son concurrent direct le Douglas C-7, vendu à 1,85 millions. Mais Bill Allen n’a pas perdu la tête. Il sait qu’avec le 707, il surpassera les capacités de son concurrent.

Un avion qui marquera l'histoire

Lorsque le Dash 80 se présente pour ses vols d’essai en juillet 1954, les journalistes et photographes sont ébahis. Ils évoquent un fuselage et des ailes jaunes et marron aux lignes pures. Et lorsque les quatre moteurs s’allument, ils parleront de "rugissement". D’après Tom D. Crouch, historien en astronautique : "Le 707 est l’un des avions les plus extraordinaires, pas seulement de l’histoire de Boeing, mais de l’histoire de l’aviation commerciale américaine."

La réputation du 707 est faite, mais pour promouvoir son appareil au rang d’incontournable de l’aviation, le président de Boeing organise une présentation lors de la fête annuelle estivale de Seattle. Bill Allen va demander au pilote d’en mettre plein les yeux aux spectateurs. Résultat : l’avion de ligne réalise un tonneau au-dessus du lac Washington. Une prouesse qui offre une publicité sans comparaison possible au 707.

Le public dans la poche, l’avion à réaction doit encore convaincre les compagnies aériennes. Mais la chose ne tarde pas. En octobre 1955, la Pan Am devient la première à opter pour le 707, en commandant 20 exemplaires. La compagnie américaine délaissera alors ses avions à hélices pour les jets. Comme l’ensemble des compagnies par la suite.

Pierre Monnier

Cette série est réalisée avec l'aide de l'ouvrage écrit par Russ Banham,
Boeing : 100 ans, toujours plus haut, publié aux Editions Du Chêne / EPA.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus