Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Un canular force un Boeing 737 de Virgin Australia à remettre les gaz en plein atterrissage

Pierre Monnier ,

Publié le , mis à jour le 08/11/2016 À 17H26

Vu sur le web La police fédérale australienne a lancé une enquête pour retrouver l’auteur d’appels non autorisés sur les fréquences de contrôle aérien en Australie. Le 27 octobre, le pirate a fait avorter un atterrissage, obligeant un avion de la Virgin Australia à reprendre de l’altitude.

Un canular force un Boeing 737 de Virgin Australia à remettre les gaz en plein atterrissage © Wikimedia Commons

La déclaration du président de l’association des pilotes indépendants de Virgin (Vipa), John Lyons est simple : "Lorsqu’un pilote reçoit un ordre par radio, il n’a pas d’autres choix que de le suivre." C’est donc en toute logique que le pilote du vol 740 de la Virgin Australia avorte son atterrissage lorsqu’il reçoit l’ordre de remettre les gaz le 27 octobre. Et ce, même si son Boeing 737-800 n’était qu’à une centaine de mètres de la piste de l’aéroport de Melbourne. Pourtant, du côté de la tour de contrôle, c’est l’incompréhension. L’appel était en réalité un canular.

15 appels en 15 jours

D’après le site ABC, la police fédérale vient de lancer une enquête pour retrouver l’auteur de l’appel. En piratant les fréquences radio du contrôle aérien, le malfaiteur a émis à quinze reprises en l’espace de deux semaines pour perturber le trafic aérien de la région de Melbourne .

Le site d’information australien rapporte également qu’un second canular a eu lieu le 27 octobre. Cette fois, le pirate se fait passer pour un pilote et simule une casse moteur. Il faudra attendre plus de 20 secondes avant que la tour de contrôle ne se rende compte de la supercherie.

Les faux appels sont extrêmement rares d’après John Lyons. Mais selon le président de la Vipa, "Cela peut créer de la confusion et des incidents de sécurité". L’homme assure que ces faux appels peuvent aller jusqu’à produire des collisions entre avions.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle