Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Un campus dédié aux métiers de l’industrie à Clermont-Ferrand

, , , ,

Publié le

Tous les grands acteurs publics et privés de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dont Michelin et l’Education nationale, poseront la première pierre du futur Hall 32, vendredi 28 septembre à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Ce campus est destiné à former aux métiers de l’industrie. Une première en France.

Un campus dédié aux métiers de l’industrie à Clermont-Ferrand
Le nouveau campus le Hall 32 à Clermont-Ferrand qui s’étend sur 10 000 m² accueillera, à compter de la rentrée 2019, le tout premier pôle de formation dédié aux métiers de l’industrie.
© Michelin

Ne l’appelez plus le Campus Entreprises (trop old school), mais le Hall 32, en référence au numéro de la rue du Clos-Four où se situait auparavant l’Ecole du pneu de Michelin, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Ce site immense de la manufacture qui s’étend sur 10 000 m² accueillera, à compter de la rentrée 2019, le tout premier pôle de formation dédié aux métiers de l’industrie.

Grande originalité de ce projet, il fédère l’ensemble des grands acteurs publics et privés de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Porté par la Banque de France, Limagrain, Michelin, Opcalia, le pôle de compétitivité ViaMéca (qui réunit plus de 200 entreprises à lui-seul) et le Rectorat de l’Académie de Clermont-Ferrand, le Hall 32 bénéficie du soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du

Programme d’investissement d’avenir piloté par le Commissariat général à l’investissement dans le cadre du Partenariat pour la formation professionnelle et l’emploi.

300 apprenants et 1 800 personnes en formation

"Nous sommes partis du postulat suivant : de plus en plus d’entreprises ont énormément de mal à recruter, notamment dans des métiers en tension comme ceux de la maintenance, de la robotique ou bien encore les métiers de production. Pourtant, il existe un vrai gisement d’emplois dans l’industrie. En parallèle, beaucoup de jeunes sont sans emplois ou sans formation. Enfin, l’industrie souffre d’un déficit d’image, que ce soit dans l’esprit des jeunes ou de leurs parents. Nous allons donc mettre en relation tous les acteurs de cet écosystème pour les faire travailler ensemble afin d’attirer les talents qui nous font cruellement défaut", défend Isabelle Sauret, directrice de la formation et du développement de Michelin France et présidente de l’Association Auvergne-Rhône-Alpes pour les métiers de l’industrie (2Arami).

"Le Hall 32 sera un laboratoire, une terre d’expérimentation", promettent les parties prenantes. L’ambition est d’offrir chaque année une formation professionnelle d’excellence à 300 apprenants et 1 800 personnes en formation continue pour des jeunes ou des adultes de différents horizons. Il proposera également un service d’information et d’orientation pour les métiers de l’industrie, ainsi qu’une filière d’insertion pilote, destinée aux jeunes déscolarisés ou en situation de fort décrochage scolaire. Ce campus de nouvelle génération s’appuiera sur des méthodes pédagogiques innovantes, autour notamment d’un Fab-lab et d’un Design-lab.

Un budget de 30 millions d’euros sur cinq ans

"La sélection des candidats pour suivre gratuitement ces formations ne se fera pas sur dossier scolaire, mais sur la motivation", prévient Isabelle Sauret. Ils suivront à la fois des cours, des formations sur les différents plateaux techniques et des alternances en entreprise. Ils seront amenés par le Rectorat, Pôle emploi ou des entreprises, les missions locales, ou encore les centres de jeunes travailleurs.
Pour mener à bien ces objectifs, le Hall 32 bénéficiera d’un budget de 30 millions d'euros sur cinq ans, apporté par en premier lieu Michelin, à hauteur de 13,8 millions d'euros, le groupe Caisse des dépôts dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (9,4 millions d'euros), la région Auvergne-Rhône-Alpes (3,2 millions d'euros), Opcalia (1,3 million d'euros) et la Banque de France, Limagrain, ViaMéca et le Rectorat qui contribueront, eux aussi, à la mise en œuvre du projet. La première promotion fera sa rentrée en septembre 2019. Le consortium promet 200 à 350 embauches par an.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle