Un cambriolage près de Dassault Aviation à Saint-Cloud éveille des soupçons d'espionnage, en lien avec les Rafale indiens

Affaire troublante près du siège de Dassault Aviation. Des bureaux à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) auraient été cambriolés dans la nuit du 18 au 19 mai selon des informations du Monde. Les locaux seraient ceux des militaires indiens qui gèrent la vente controversée de 36 avions de combat Rafale à l'armée indienne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un cambriolage près de Dassault Aviation à Saint-Cloud éveille des soupçons d'espionnage, en lien avec les Rafale indiens
Un avion Rafale survole l'Inde.

Que s’est-il passé à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) le week-end du 18 et 19 mai ? Un site sensible et situé près du siège de Dassault Aviation aurait été cambriolé selon des informations du Monde et du Hindustan Times. Or, les bureaux concernés seraient ceux des militaires indiens travaillant sur la livraison des 36 appareils Rafale à l’armée indienne.

Une enquête pour vol avec effraction aurait été ouverte. Information confirmée par Dassault Aviation, contacté par L'Usine Nouvelle : "Une enquête de police est en cours, nous ne faisons pas plus de commentaire."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le motif du vol encore mystérieux

Citant des sources judiciaires, Le Monde rapporte que des documents et de l’argent auraient été dérobés. Les raisons du vol sont encore mystérieuses. Si des enquêteurs évoquent au quotidien français “une piste crapuleuse”, le Hindustan Times parle d’une tentative d’espionnage éventuelle.

L’équipe indienne présente dans le bureau est notamment en charge du calendrier de la vente et de la formation des personnels indiens pour la maintenance des Rafale et leur opération en vol. Les livraisons des premiers avions de combat à l'armée indienne sont prévues dès 2019.

Soupçons de corruption et de trafic d’influence sur le contrat

En septembre 2016, le gouvernement indien et Dassault Aviation avaient conclu un contrat de 8,7 milliards de dollars (environ 7,8 milliards d’euros) pour la vente de 36 avions Rafale. L’accord continue de susciter des critiques en France et en Inde avec des soupçons de corruption et de trafic d’influence.

En avril, Le Monde a révélé que l’autorité fiscale française avait annulé un redressement fiscal de 143,7 millions d’euros en faveur d’un proche du Premier ministre indien au moment de la signature. Ce proche, Anil Ambari, est également un partenaire de Dassault Aviation.

Simon Chodorge
Simon Chodorge

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS