Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Un cadre de Volkswagen a le sentiment d'avoir été "manipulé" dans l'affaire des moteurs truqués

, , ,

Publié le , mis à jour le 04/12/2017 À 09H09

Infos Reuters Oliver Schmidt, un cadre de Volkswagen ayant plaidé coupable en août aux Etats-Unis dans le cadre du scandale des moteurs diesel, a écrit au juge américain, qui devrait annoncer sa peine mercredi 6 décembre, éprouver le sentiment d'avoir été "manipulé" par le constructeur allemand.

Un cadre de Volkswagen a le sentiment d'avoir été manipulé dans l'affaire des moteurs truqués
Oliver Schmidt, un cadre de Volkswagen ayant plaidé coupable en août aux Etats-Unis dans le cadre du scandale des moteurs diesel, a écrit au juge américain éprouver le sentiment d'avoir été "manipulé" par le constructeur allemand.
© Volkswagen

"Je dois dire que j'ai le sentiment d'avoir été manipulé par ma propre entreprise dans le scandale diesel ou 'dieselgate'", écrit Oliver Schmidt au juge Sean Cox dans cette lettre enregistrée auprès d'un tribunal fédéral américain. Cet ancien cadre de Volkswagen est poursuivit aux Etats-Unis dans le cadre de l'affaire de moteurs truqués. Cette lettre a été mentionnée dans un premier temps par le journal allemand Bild am Sonntag.

Un porte-parole de Volkswagen a refusé de s'exprimer sur le sujet en invoquant la procédure en cours. Ce scandale a déjà coûté 30 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros) au constructeur allemand, qui a reconnu en septembre 2015 avoir installé des logiciels de manipulation des émissions polluantes sur ses moteurs diesel.

Olivier Schmidt risque 7 ans de prison

Dans le cadre de sa procédure de plaider coupable, Oliver Schmidt risque sept ans de prison et une amende de 40.000 à 400.000 dollars après avoir reconnu sa participation à un complot destiné à tromper les autorités américaines et à enfreindre la législation environnementale sur la qualité de l'air aux Etats-Unis. Ce cadre était à la tête des services d'ingénierie environnementale de VW à Auburn Hills, dans le Michigan, jusqu'en février 2015. A ce titre, il supervisait les questions relatives à la pollution.

Dans la lettre qu'il a adressée au juge, Oliver Schmidt dit avoir accepté de réciter un discours, ou des éléments de langage, convenu avec la direction de Volkswagen et un avocat de haut rang lors de sa rencontre avec Alberto Ayala, un responsable des services de la protection de l'air en Californie.

"Avec le recul, je n'aurais jamais dû accepter de rencontrer le docteur Ayala ce jour-là", écrit-il. "Ou mieux encore, j'aurais dû me rendre à cet entretien et ignorer les instructions qui m'avaient été données et dire au docteur Ayala qu'il y avait un appareil de manipulation dans les véhicules à moteur diesel de VW et que VW trichait depuis plus d'une décennie. Je ne l'ai pas fait et c'est pourquoi je me retrouve là aujourd'hui."

Fin août, un ex-ingénieur de Volkswagen, James Liang, a été condamné aux Etats-Unis à 40 mois de prison et 200.000 dollars d'amende pour cette même affaire.

Pour Reuters, Emma Thomasson et Nate Raymond; Bertrand Boucey pour le service français

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus