Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Un avenir pour Jeannette après la liquidation ?

, , ,

Publié le

La biscuiterie Jeannette qui fabrique des madeleines à Caen (Calvados) depuis 164 ans a été liquidée en décembre 2013 avec 36 salariés. Ces derniers occupent l’usine et continuent à fabriquer des madeleines qu’ils écoulent sur les marchés. Deux industriels doivent visiter l’usine cette semaine. Le temps presse car le bail arrive à échéance le 31 mars.

Un avenir pour Jeannette après la liquidation ? © MairieSY

Les entreprises citées

Liquidée le 18 décembre 2013 par le tribunal de commerce de Caen, le fabricant de madeleines Jeannette de Caen (Calvados) n’a pas encore dit son dernier mot. Les 36 salariés occupent actuellement le site et continuent à fabriquer des madeleines qu’ils écoulent sur les marchés de Caen. Selon nos informations, deux industriels - un suisse et un français - visiteront l’usine cette semaine. L’entreprise a reçu au total plus de dix manifestations d’intérêt. Trois apportent des garanties sérieuses a expliqué à Usinenouvelle.com Franck Mérouze, secrétaire de l’Union locale CGT de Caen. "L’industriel suisse avec lequel nous sommes en contact régulier depuis trois semaines est attaché à la marque et au savoir-faire de l’usine et veut continuer à fabriquer des madeleines."

"Les madeleines Jeannette, ça rend complètement gâteau !"

Fondée en 1920, l’entreprise était au départ une biscuiterie au sens large qui fabriquait aussi le fameux sablé normand. C’est dans les années 1970 qu’elle est devenue "mono produit" avec la spécialisation dans la madeleine et le slogan publicitaire "les madeleines Jeannette, ça rend complètement gâteau !"

Le temps presse pour visiter l’usine historique car son bail arrive à échéance le 31 mars 2014. Propriétaire de la biscuiterie depuis deux ans, la société d’investissement de Falaise LGC avait le projet de construire une nouvelle usine à Falaise (Calvados). L’usine actuelle présente en effet le double inconvénient de ne plus être aux normes et d’être installée dans un quartier d’habitations. Le projet de nouvelle usine a capoté fin 2013 faute de soutien bancaire suffisant.

Si les salariés de Jeannette reçoivent, ces jours-ci, de nombreux témoignages de sympathie, ils savent que le chiffre d’affaires de l’entreprise est en chute. Moins de 6 millions d’euros aujourd’hui contre 17 millions d’euros en 2004. Comment enrayer la spirale du déclin ? La recette est loin d’être simple. Il ne suffira pas d’appeler à la rescousse la force de l’exercice de réminiscence de Proust ("Du côté de chez Swann") lorsque le narrateur porte à ses lèvres une cuillère de thé où il "avait laissé s’amollir un morceau de madeleine !"

Prendre exemple sur la biscuiterie "Mère Poulard"

Le repreneur devra se mettre en quête d’un nouveau site industriel et d’un nouveau positionnement commercial, indique Franck Mérouze. Il faudrait, estime-t-il, parvenir à un positionnement voisin de celui de la biscuiterie "Mère Poulard" (Mont-Saint-Michel, Manche) qui, elle, "marche bien".

C’est justement ce défi qu’avait tenté de relever l’ancien directeur général de la biscuiterie La Mère Poulard, Claude Simon. Il avait repris la biscuiterie Jeannette après son dépôt de bilan en 2009, avec trois autres actionnaires et le soutien d’établissements financiers. Il avait commencé à relancer la société avec de nouvelles recettes, la mise en place de certifications internationales pour développer le grand export et un projet de nouvelle usine à la périphérie de Caen. Mais il n’est pas parvenu à remettre l’entreprise sur les rails. "Il a essayé de développer la madeleine et les produits Jeannette, mais le contexte était très difficile, notamment au niveau des prix ; il a dû déposer le bilan en novembre 2011" confie Françoise Bacon, délégué syndicale CGT de Jeannette. Elle fait le compte : Jeannette a connu six dépôts de bilan en l’espace de dix-huit ans.

Claire Garnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle