Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Un accord trouvé pour mettre fin à une grève historique dans les raffineries américaines

, , , ,

Publié le

Syndicats et compagnies pétrolières ont conclu un accord de principe pour mettre fin à la plus longue grève depuis 35 ans dans les raffineries des Etats-Unis, a-t-on appris le 12 mars auprès de représentants du personnel et de personnes proches des négociations.

Un accord trouvé pour mettre fin à une grève historique dans les raffineries américaines
Piquet de grève devant la raffinerie Tesoro à Carson, en Californie. Syndicats et compagnies pétrolières ont conclu un accord de principe pour mettre fin à la plus longue grève depuis 35 ans dans les raffineries des Etats-Unis. /Photo prise le 2 février 2015/REUTERS/Bob Riha, Jr.

Après 40 jours de mouvement social sur 12 sites représentant un cinquième de la capacité de raffinage des Etats-Unis, un accord a été trouvé entre syndicats et direction. Il doit encore être ratifié et pourrait ne pas entraîner une reprise immédiate du travail dans toutes les raffineries, certains points en suspens pouvant encore faire l'objet de discussions au niveau local. Il concerne environ 30 000 employés et sera valable quatre ans, soit un an de plus que les précédents accords.

vote dans les prochains jours

"Nous saluons la solidarité manifestée par nos adhérents", a déclaré Leo Gerard, président du syndicat United Steelworkers. "Sans elle, nous n'aurions pas pu obtenir ces améliorations considérables dans les domaines de la sécurité et des effectifs." Dans une lettre à son personnel que Reuters a pu consulter, la compagnie Tesoro exprime son "soutien à l'accord" et sa volonté de régler rapidement les questions propres à chaque site "pour permettre à (ses) employés de reprendre le travail".

Principal négociateur côté patronal, Royal Dutch Shell a précisé que les salariés syndiqués devraient se prononcer par un vote dans les prochains jours au sujet de ce compromis.

avancées sur la pénibilité et hausses de salaires

L'accord porte notamment sur la pénibilité du travail et les accidents qui en découlent ainsi que sur le recours aux travailleurs extérieurs au détriment des salariés syndiqués. Il préserve en outre les avancées obtenues avec les précédents accords, selon les sources syndicales et proches des discussions. Il prévoit aussi des hausses de salaires de 2,5% la première année, de 3% sur chacune des deux années suivantes et de 3,5% la quatrième année. Les raffineries concernées par cet accord appartiennent entre autres à Exxon Mobil, BP, Valero Energy et Chevron.

Un seul site, celui exploité par Tesoro à Martinez, en Californie, a dû cesser de fonctionner en raison de la grève, même si ses activités étaient déjà suspendues en raison d'opérations de maintenance. Les raffineries ont généralement eu recours à des travailleurs intérimaires pour poursuivre leurs activités malgré la grève de 6 550 employés.

Avec Reuters (Erwin Seba, Bertrand Boucey)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle