Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un accord se profile pour le rachat de l'allemand Kuka par le chinois Midea

, , , ,

Publié le

L'allemand Kuka serait sur le point d'accepter un accord sur son rachat par le chinois Midea pour 4,5 milliards d'euros avec des engagements sur le maintien du siège social et des sites de production outre-Rhin.

Un accord se profile pour le rachat de l'allemand Kuka par le chinois Midea © Deret

Le spécialiste allemand des robots industriels Kuka est sur le point de conclure un accord sur son rachat par le chinois Midea incluant des engagements de ce dernier sur le maintien du siège social et des sites de production ainsi que sur l'emploi, a appris Reuters de source proche des négociations.

Kuka doit décider au cours de la semaine à venir s'il recommande ou pas à ses actionnaires d'accepter l'offre d'achat de 4,5 milliards d'euros présentée par Midea, qui fait de lui la plus importante entreprise industrielle allemande prise pour cible par un investisseur chinois.

La source a déclaré à Reuters que les négociations entre les deux groupes avaient accompli des progrès importants et que les résultats avaient été présentés ce samedi 25 juin au conseil de surveillance de Kuka.

"Maintenant, il faut juste finaliser les détails afin que l'accord puisse être signé dans les jours à venir", a ajouté la source. Les engagements de Midea sur le maintien du siège, des usines et des emplois courraient jusqu'en 2023, a-t-elle précisé.

Le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung rapporte que Midea a proposé à Kuka des garanties incluant l'indépendance de l'équipe dirigeante et le maintien de la cotation à la Bourse de Francfort.

L'offre de Midea sur Kuka a pris ces dernières semaines un tour politique, plusieurs responsables de la coalition gouvernementale se prononçant en faveur d'une contre-offre allemande pour éviter une prise de contrôle d'un fleuron industriel national par des capitaux chinois.

En visite à Pékin il y a quelques jours, la chancelière Angela Merkel a déclaré qu'elle ne s'opposerait pas au rachat par Midea tout en laissant la porte ouverte à une éventuelle contre-offre allemande. Aucun "chevalier blanc" allemand ou européen ne s'est toutefois manifesté à ce stade.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle