Un accord se profile pour le rachat de l'allemand Kuka par le chinois Midea

L'allemand Kuka serait sur le point d'accepter un accord sur son rachat par le chinois Midea pour 4,5 milliards d'euros avec des engagements sur le maintien du siège social et des sites de production outre-Rhin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un accord se profile pour le rachat de l'allemand Kuka par le chinois Midea

Le spécialiste allemand des robots industriels Kuka est sur le point de conclure un accord sur son rachat par le chinois Midea incluant des engagements de ce dernier sur le maintien du siège social et des sites de production ainsi que sur l'emploi, a appris Reuters de source proche des négociations.

Kuka doit décider au cours de la semaine à venir s'il recommande ou pas à ses actionnaires d'accepter l'offre d'achat de 4,5 milliards d'euros présentée par Midea, qui fait de lui la plus importante entreprise industrielle allemande prise pour cible par un investisseur chinois.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La source a déclaré à Reuters que les négociations entre les deux groupes avaient accompli des progrès importants et que les résultats avaient été présentés ce samedi 25 juin au conseil de surveillance de Kuka.

"Maintenant, il faut juste finaliser les détails afin que l'accord puisse être signé dans les jours à venir", a ajouté la source. Les engagements de Midea sur le maintien du siège, des usines et des emplois courraient jusqu'en 2023, a-t-elle précisé.

Le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung rapporte que Midea a proposé à Kuka des garanties incluant l'indépendance de l'équipe dirigeante et le maintien de la cotation à la Bourse de Francfort.

L'offre de Midea sur Kuka a pris ces dernières semaines un tour politique, plusieurs responsables de la coalition gouvernementale se prononçant en faveur d'une contre-offre allemande pour éviter une prise de contrôle d'un fleuron industriel national par des capitaux chinois.

En visite à Pékin il y a quelques jours, la chancelière Angela Merkel a déclaré qu'elle ne s'opposerait pas au rachat par Midea tout en laissant la porte ouverte à une éventuelle contre-offre allemande. Aucun "chevalier blanc" allemand ou européen ne s'est toutefois manifesté à ce stade.

Avec Reuters

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS