UE: Budget réduit en vue pour rallier les "frugaux" à la relance

Publié le

par Gabriela Baczynska et John Chalmers

UE: Budget réduit en vue pour rallier les frugaux à la relance
Le président du Conseil européen Charles Michel (en photo) devrait proposer un budget pluriannuel de l'Union Européenne moins important que prévu afin de rendre le fonds de relance post-coronavirus plus acceptable pour les États membres du nord de l'Europe, ont déclaré vendredi des responsables. /Photo prise le 8 juillet 2020/REUTERS/Kenzo Tribouillard
© POOL New

BRUXELLES (Reuters) - Le président du Conseil européen Charles Michel devrait proposer un budget pluriannuel de l'Union Européenne moins important que prévu afin de rendre le fonds de relance post-coronavirus plus acceptable pour les États membres du nord de l'Europe, ont déclaré vendredi des responsables.

Alors que la Commission a proposé fin mai un budget commun de 1.100 milliards d'euros sur sept ans (2021-2027), une révision à la baisse de celui-ci vise à convaincre certains Etats du Nord, à commencer par les Pays-Bas, de valider le fonds de relance de 750 milliards d'euros envisagé en supplément pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Ces Etats du Nord, dits "frugaux" par comparaison avec les pays du Sud très endettés, veulent un budget réduit et des réformes économiques comme condition d'accès aux fonds du plan de relance.

Les 27 dirigeants des pays-membres de l'UE doivent se réunir à Bruxelles la semaine prochaine pour une première série de discussions en face-à-face, à ce sujet, depuis que le coronavirus a poussé l'Europe à des mesures de confinement.

Vendredi, à 09h00 GMT, Charles Michel doit présenter son plan de compromis qui, selon deux responsables au fait de ses propositions, prévoit une révision à la baisse du budget pour tenter de rallier les "frugaux".

La proposition de budget de sept ans envisagée est connue dans le jargon bruxellois comme la "boîte de négociation", un ensemble complexe de chiffres couvrant les dépenses dans des domaines allant du soutien à l'agriculture au développement régional, à la recherche et aux bourses scolaires.

Il s'agit du point de départ des négociations auxquelles les dirigeants de l'UE se livreront lors de leur sommet des 17 et 18 juillet.

(Version française Benjamin Mallet, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte