Economie

Tyco abandonne son projet de démantèlement. Retour aux profits opérationnels pour DaimlerChrysler. Les entreprises craignent une facturation des chèques. Pertes records pour AOL Time Warner.

,

Publié le

Tyco abandonne son projet de démantèlement. Le conglomérat industriel a décidé de tirer un trait sur son projet de division en quatre, destiné à mieux valoriser chacune de ses activités (électronique, santé, service de sécurité/ anti-incendie, et produits plastiques). Depuis l'annonce de ce plan en janvier dernier, la communauté financière s'était montrée très méfiante sur la pertinence de l'opération et l'action Tyco a été divisée en deux. "C'était une erreur et j'en assume la responsabilité" s'est excusé le PDG de la société auprès de ses actionnaires, cité par le Financial Times. Ce nouveau revirement a encore été mal perçu: l'action n'a jamais été au plus bas depuis 4 ans. Enfin, pour améliorer sa situation financière, Tyco espère retirer plus de 6,5 milliards de la vente de sa participation dans CIT, sa division de services financiers.

Pour son premier trimestre fiscal 2002, DaimlerChrysler retrouve les chemins de la profitabilité opérationnelle. Le groupe germano-américain a enregistré un résultat opérationnel de plus de 3 milliards d'euros contre une perte de 3,75 milliards l'an dernier à la même époque. Selon le Financial Times, ce retour en forme du 5eme plus grand fabricant de l'industrie automobile mondial est à mettre au profit des restructurations en cours chez Chrysler, de la bonne vente des voitures Mercedes et des cessions réalisées. Le PDG de la société Chrysler, Dieter Zetsche, a estimé que sa société devrait même enregistrer des profits cette année malgré la chute des prix aux Etats-Unis. Cependant, les dirigeants n'excluent pas la fermeture de nouvelles usines, de nouvelles suppressions d'emplois et des ventes d'activités jugées secondaires. Des opérations qui se traduiraient par une charge de restructuration d'environ 700 millions d'euros.

Selon la Tribune, il n'y pas que les particuliers qui sont concernés par le chèque payant, les entreprises aussi. Ces dernières craignent que les banques leur facturent une commission pour le traitement interbancaire dans ce mode de paiement. Selon le quotidien, cette crainte a été avivée par le nouveau procédé de traitement dit "image chèque" mis en place en début d'année qui réduit le temps de compensation entre les banques. Sur 4,7 milliards de chèques émis l'an dernier (source AFTE), la commission envisagée de 4 centimes d'euros par chèque, commence à faire une somme rondelette!

"La plus grosse perte de l'histoire économique des Etats-Unis", c'est ainsi que qualifie le journal les Echos, la perte affichée par AOL Time Warner pour le premier trimestre 2002. Le groupe de médias américain a en effet procédé à un nettoyage sévère de son bilan. Il a annoncé une réduction de la valeur de ses actifs de 54 milliards de dollars. Cette opération-vérité menée sur les comptes traduit essentiellement le déclin de la valeur Time Warner acquis par AOL pour 106 milliards de dollars, explique le quotidien économique. Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, le groupe a prévenu les investisseurs qu'il ne tiendrait pas ses objectifs de rentabilité cette année pour cause de morosité du marché publicitaire.

A lundi !

Hassan MEDDAH

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte