Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Turbomeca, une vision complète du cycle de vie

,

Publié le

Par définition, le but d’un logiciel de PLM (Product lifecycle management) est de s’étendre à toute l’entreprise. Mais rares sont les industriels à appliquer ce principe à la lettre. Avec le projet Sol@r, Turbomeca aura bientôt une vision complète du cycle de vie de ses produits, depuis la conception jusqu’à l’exploitation. Le fabricant de moteurs pour hélicoptères, filiale du groupe Safran, utilise depuis 2005 le logiciel Windchill PDMLink de PTC. Ce dernier avait été déployé dans deux divisions : la direction technique, qui conçoit les moteurs, et la direction industrialisation, qui définit les moyens de production (procédés, outillages, gammes de fabrication). Seule la direction support et services, chargée du suivi, de la maintenance et de la réparation des produits, n’était pas incluse dans le périmètre du PLM et continuait d’utiliser ses propres applications. En cours de déploiement, Sol@r consiste à étendre le PLM à l’ensemble du référentiel support afin de rendre accessible à toute l’entreprise les données liées à la maintenance des produits (gammes de démontage, liste des pièces à contrôler lors des révisions, outillages à utiliser…). "Dès novembre 2014, nous aurons une visibilité complète sur le cycle de vie de tous nos moteurs, de la définition jusqu’au support, car tout le monde sera relié au même outil et parlera le même langage", promet Jean-Luc Grançon, chef de projet maîtrise d’ouvrage et gestion des configurations support chez Turbomeca.

Lorsque les ingénieurs du bureau d’études travaillent sur une nouvelle version d’un moteur, les services du support doivent analyser l’impact des évolutions. Un processus complexe et peu automatisé. "Grâce à Sol@r, quelques clics suffiront pour afficher l’ensemble des tâches à effectuer sur un moteur donné. Il sera donc plus facile de déterminer les conséquences d’un projet de modification, notamment les surcoûts liés à la réalisation d’un nouvel outillage, les fréquences de visite ou le remplacement d’une pièce", commente Jean-Luc Grançon. Partager la même information améliore la communication dans les deux sens : les concepteurs pourront accéder directement à l’ensemble des données techniques du référentiel support et mesurer facilement l’impact des projets d’évolutions.

Bientôt, 400 collaborateurs seront connectés à l’application, dont le paramétrage a été confié à la société GFI Informatique. Parmi eux, 200 "créateurs", qui définissent les processus de maintenance, et 200 utilisateurs qui pourront consulter les données. "Comme l’information sera plus facile à trouver, les créateurs seront moins sollicités par les utilisateurs et pourront se consacrer à leurs métiers du support", lance Jean-Luc Grançon. Turbomeca s’attend aussi à des gains financiers. "Grâce à ce projet, il sera plus facile de gérer la configuration de nos produits et donc de mieux piloter les besoins en approvisionnements. Au final, si le PLM est avant tout une manière de structurer les données techniques, il ouvre la porte à de nouvelles opportunités."

F. P.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle