Transports

Turbomeca choisit le groupe GT pour ses usines françaises

Olivier Cognasse ,

Publié le

Exclusif L'entreprise bordelaise a gagné le contrat pour les trois sites français de la filiale de Safran. L'information, gardée secrète jusqu'ici, a été dévoilée en avant-première à L'Usine Nouvelle.

Turbomeca choisit le groupe GT pour ses usines françaises

C'était un peu le combat de David contre Goliath. Une ETI bordelaise, le groupe GT, a remporté l'appel d'offre lancé par Safran pour les trois usines de sa filiale Turbomeca France. Une victoire obtenue au nez et à la barbe des grands noms de la logistique présents dans l'aéronautique, comme Kuehne Nagel et surtout Daher, qui assurait la logistique sur les sites de Bordes (Pyrénées-Atlantiques) et de Mantes-Buchelay (Yvelines).

C'est la branche logistique du groupe girondin, GT Logistics, qui opère depuis le 1er janvier sur les trois sites avec un contrat de 10 à 11 millions d'euros par an. Depuis 2004, elle assurait déjà la logistique, le contrôle libératoire, et la vérification des turbines avant démontage pour le site de Tarnos (Landes), dédié à la réparation de turbines.

La communication tardive de ce contrat s'explique aisément par le fait que GT Logistics devait reprendre le personnel de Daher. Ce qui a demandé des explications, du temps et de la patience. Au total, 140 personnes ont changé d'entreprise. Et le nouvel employeur leur a offert 10 actions de l'entreprise en cadeau de bienvenue.

Les prestations ne concernent pas seulement la gestion des pièces à l'entrée de l'usine et du stock, la préparation de commande et la gestion du transport et des douanes, l'entreprise de Bassens (Gironde) alimente aussi les lignes de production et compose des turbines en kit, envoyées en Inde.

Pour gagner ce contrat le prestataire a dû livrer un véritable parcours du combattant. Safran a lancé l'appel d'offres début 2011 et la décision finale a été prise en fin d'année dernière. "Au départ, nous sommes partis avec un handicap sérieux. Nous avons été accueillis froidement en nous faisant remarquer que nous n'avions pas la taille critique", se rappelle Eric Sarrat, le président de GT Logistics. En effet, l'industriel avait sollicité de grands noms de la logistique.

"A la fin du premier oral, notre offre technique a été jugée impressionnante et nous avons été retenus dans la short-list. Ils nous tous ont fait travailler sur un plateau commun. A la fin, il y avait un débriefing et la mise en commun des projets, explique Eric Sarrat, qui juge cette méthode assez déroutante. "Il faut donc essayer de ne pas tout dévoiler."

Au final, le logisticien aquitain gère un effectif de 230 personnes sur les trois sites, où une opération de mutualisation lui a été demandée avec un pilotage commun. Ce contrat de trois ans comprend un plan de progrès avec une mise à niveau des sites pour avoir des prestations homogènes et une réduction des coûts contractualisée qui doit atteindre 3 à 5 % par an. Pour GT Logistics, déjà présent chez Ratier Figeac, l'aéronautique représente maintenant un tiers de son activité et surtout, "nous sommes référencés chez Safran et nous sommes connus dans l'aéronautique pour voir battu un des leaders du secteur".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte