TSMC engrange des résultats records en 2018… grâce aux déboires de Samsung

Le fondeur taïwanais de semi-conducteurs TSMC porte son chiffre d’affaires à un nouveau record de 34,2 milliards de dollars en 2018. Une performance qu’il doit aux déboires de son concurrent coréen Samsung Foundry dans la nouvelle génération de puces de 7 nanomètres.

Partager
TSMC engrange des résultats records en 2018… grâce aux déboires de Samsung
Usine de puces électroniques de TSMC

Encore des résultats financiers records pour TSMC. Le fondeur taïwanais de semi-conducteurs, qui emploie plus de 48 000 personnes et dispose de 17 usines dans le monde, termine 2018 avec un chiffre d’affaires de 34,2 milliards de dollars, en hausse de 6,5%, et un bénéfice net de 11,6 milliards de dollars, en progression de 2,5%.

La techno 7 nanomètres de Samsung boudée par tout le monde

Ses performances, il les doit au succès de sa nouvelle technologie de production de puces électroniques en 7 nanomètres. Lancée au deuxième trimestre 2018, elle a été mise en œuvre pour la fabrication du processeur A12 Bionic d’Apple au cœur des iPhone XR, iPhone Xs et iPhone Xs Max, du Kirin 980 de HiSilicon Technologies (le bras armé de Huawei Technologies dans les semi-conducteurs), du Helion X30 de MediaTek ou encore du SnapDragon 855 de Qualcomm. Cette technologie représente 23% du chiffre d’affaires au quatrième trimestre 2018 et 9% de celui sur l’ensemble de l’année 2018.

TSMC bénéficie à fonds des déboires de son concurrent coréen Samsung Foundry, dont la technologie de 7 nanomètres a été boudée non seulement par Qualcomm, son plus grand client externe, mais aussi en interne par Samsung LSI qui lui a préféré la technologie de 8 nanomètres plus mature et plus sûre. En cause : des problème de rendement de production d'une nouvelle technologie de lithographie dite aux ultraviolets extrêmes plus compliquée à maitriser que la lithographie optique classique.

Fondé en 1987 par Morris Chang, aujourd’hui à la retraite, TSMC s’impose comme un géant mondial des puces électroniques. Et pourtant, il ne vend aucun circuit. En tant que fondeur de semi-conducteurs, il se contente de fabriquer ceux des autres, le plus souvent des sociétés sans usine (fabless) comme Apple, Qualcomm, Nvidia, MediaTek ou HiSilicon Technologies. Sur ce marché, estimé par le cabinet IC Insights à 62,3 milliards de dollars en 2017, il s’arroge la part de lion de près de 52%. Il pèse cinq fois plus que le numéro deux mondial du marché, l’américain GlobalFoundries (6 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2017), et dix fois plus que le numéro cinq, le chinois SMIC (3,1 milliards de dollars). Un leadership qui va être conforté par ses bons résultats en 2018.

Dépendance vis-à-vis du client Apple

Le groupe taïwanais s’enorgueillit d’être aussi aux avant-postes des technologies de production. Il est le seul des trois acteurs dans le monde à rester dans la course de la loi de Moore aux cotés de Samsung Foundry et de l’américain Intel. Son ambition ? Devenir le leader technologique de cette industrie et battre Intel, qui était jusqu’ici la référence absolue dans les technologies de production de puces électroniques.

Mais cette position pour le moins enviable pourrait se révéler à double tranchant. Apple devient un client si imposant qu’il représente déjà plus de 20% de son chiffre d’affaires. Une dépendance qui le met dans une situation d’extrême vulnérabilité. Car si Apple est assuré de ne plus jamais revenir fabriquer ses puces chez Samsung Foundry pour des questions de confidentialité et de rivalité dans les mobiles avec Samsung Electronics, la chute de ses ventes d’iPhone attendue en 2019 risque d'avoir un impact dévastateur sur tous ses fournisseurs et sous-traitants. TSMC n’échappe à cette dure réalité. Il anticipe d'ailleurs un plongeon de 22% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2019 par rapport au trimestre précédent. De quoi plonger toute l'industrie des semi-conducteurs dans l'inquiétude.

0 Commentaire

TSMC engrange des résultats records en 2018… grâce aux déboires de Samsung

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS