Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Tsinghua Unigroup fusionne ses sociétés RDA et Spreadtrum pour mieux contrer Qualcomm dans les puces mobiles

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Le chinois Tsinghua Unigroup vient de finaliser la fusion de ses deux sociétés de puces mobiles, RDA et Spreadtrum. Son obsession ? Contrecarrer les initiatives du géant américain Qualcomm visant à maintenir sa domination en Chine. Dans cette entreprise, il a le soutien d'Intel et de Pékin.

Tsinghua Unigroup fusionne ses sociétés RDA et Spreadtrum pour mieux contrer Qualcomm dans les puces mobiles
Unigroup Spreadtrum RDA, le porte-drapeau de la Chine dans les puces mobiles
© Unigroup Spreadtrum RDA

Pour Tsinghua Unigroup, l’union fait la force. Le groupe chinois, fer de lance de l’offensive de la Chine dans les semiconducteurs, vient de finaliser la fusion de ses deux sociétés « fabless » dans les puces mobiles, Spreadtrum Communications et RDA Microelectronics, au sein d’une et même entreprise baptisée Unigroup Spreadtrum RDA. Objectif : devenir le fournisseur de référence de circuits mobiles en Chine.

Trois fois plus petit en Chine que Qualcomm

Spreadtrum Communications et RDA Communications ont été rachetées en 2013 et 2014 par Tsinghua Unigroup pour un total de 2,85 milliards de dollars. "Les deux sociétés étaient présentes dans les modems cellulaires, mais après l'acquisition par Tsinghua Unigroup, RDA a cessé cette activité pour se recentrer principalement autour des circuits du frontal radiofréquence, de connectivité sans fil et de diffusion multimédia, explique à L’Usine Nouvelle Sravan Kundojjala, analyste au cabinet Strategy Analytics. Elle s'est également repositionnée sur le marché émergent de l'Internet des objets." Selon le cabinet IC Insights, l’ensemble a réalisé un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars en 2017, en progression de 9% par rapport à 2016, ce qui en fait la dixième société "fabless" de semiconducteurs dans le monde.

Derrière lsa manœuvre de Tsinghua Unigroup, se cache l'obsession de contrecarrer les initiatives de Qualcomm visant à conforter sa domination en Chine. Le géant américain, numéro un mondial des puces mobiles, réalise environ 6 milliards de dollars de chiffre d’affaires auprès des constructeurs chinois de smartphones et tablettes, trois fois plus qu’Unigroup Spreadtrum RDA. Et pour maintenir sa domination, il a mis sur pieds, en mai 2017, JLQ Technology, une coentreprise avec le concepteur local de circuits intégrés Leadcore, filiale de l’équipementier télécoms Datang Telecom, et les fonds d’investissements chinois JAC Capital et Wise Road Capital. Une initiative habile qui lui permet de se dissimuler derrière une société chinoise pour conquérir plus facilement les constructeurs locaux de smartphones.

Alliance stratégique avec Intel

L’opération a beaucoup irrité le PDG de Tsinghua Unigroup, Zhao Weigo, jusqu’à y voir une entreprise de sabotage de l’effort de la Chine à maitriser son destin dans les puces électroniques. Pour la contrer, il a noué une alliance stratégique avec le concurrent américain de Qualcomm dans les modems cellulaires, Intel, qui a investi 1,5 milliard de dollars dans Unigroup Spreadtrum RDA. Il également reçu en 2015 un soutien de 1,6 milliard de dollars de Pékin via le « Big Fund », le fonds chinois d’investissement dans les circuits intégrés électroniques.

La nouvelle société revendique aujourd’hui plus 1300 clients et la position de leader en Asie dans les modems cellulaires. « Mais elle se cantonnait jusqu’ici au segment  d’entrée de gamme du marché et restait en retard dans la génération de puces 4G sur ses concurrents MediaTek et Qualcomm, relativise Sravan Kundojjala. Cependant, elle espère rebondir en 2018 en lançant des produits 4G plus performants et plus compétitifs avec des fonctionnalités d’intelligence artificielle et de réalité virtuelle et augmentée pour les smartphones d’entrée de gamme. Cela pourrait potentiellement l’aider à doper sa part de marché en 2018. »

A la traine sur le marché en valeur

Selon les chiffres communiqués par Strategy Analytics à L’Usine Nouvelle, Unigroup Spreadtrum RDA arrive troisième dans les modems cellulaires avec 23% du marché mondial en volume. Mais en valeur, sur un marché estimé à 21 milliards de dollars en 2007, il tombe à la quatrième place avec seulement 8%, loin derrière Qualcomm (53%), MediaTek (17%) et Samsung LSI (10%)

Tsinghua Unigroup détient trois autres sociétés dans les semiconducteurs: Unigroup Guoxin dans les circuits pour cartes à puces, Yangtze River Storage Technology et XMC dans les puces mémoires. Le groupe  fait des mémoires Dram et flash NAND une grande priorité dans laquelle il compte investir 70 milliards de dollars en quatre ans. Avec l’ambition de se hisser à la troisième marche mondiale dans les semiconducteurs en 2020, alors qu’il ne figure pas dans le Top 20 en 2017.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus