Trump prêt à attendre novembre 2020 pour un accord avec la Chine

LONDRES (Reuters) - Donald Trump a déclaré mardi qu'il ne s'était fixé aucune date butoir pour la conclusion d'un accord commercial avec la Chine, jugeant même préférable d'attendre le résultat de l'élection présidentielle américaine de novembre 2020.
Partager
Trump prêt à attendre novembre 2020 pour un accord avec la Chine
Donald Trump a déclaré mardi qu'il ne s'était fixé aucune date butoir pour la conclusion d'un accord commercial avec la Chine, jugeant même préférable d'attendre le résultat de l'élection présidentielle américaine de novembre 2020. /Photo prise le 11 octobre 2019/REUTERS/Yuri Gripas

"Je n'ai pas de date butoir, non. Par certains aspects, je pense qu'il est mieux d'attendre jusqu'à l'issue de l'élection", a dit le président des Etats-Unis à Londres, où il doit participer au sommet de l'Otan.

"D'une certaine manière, j'aime l'idée d'attendre l'élection pour un accord avec la Chine. Mais ils veulent un accord maintenant et nous verrons si cet accord est bon ou non. Il faut qu'il soit bon", a ajouté Donald Trump.

Les Bourses européennes et le yuan chinois ont reculé à l'annonce de ces déclarations.

Les tensions commerciales sino-américaines monopolisent l'attention des places boursières depuis des semaines

Washington et Pékin n'ont toujours pas finalisé un accord partiel, dit de "phase 1", annoncé en octobre dernier.

En septembre dernier, Donald Trump avait déjà déclaré qu'il n'avait pas besoin d'un accord avec la Chine d'ici à l'élection présidentielle de novembre 2020, lors de laquelle il briguera un second mandat.

Mardi à Londres, le président américain a tenté de faire pression sur la Chine. "L'accord commercial avec la Chine ne dépend que d'une chose : est-ce que je veux le faire ? Parce que nous nous débrouillons très bien avec la Chine pour l'instant. Et la Chine le paie, elle a connu sa pire année depuis 57 ans. Nous verrons donc comment les choses vont évoluer."

Le taux de croissance de la Chine est tombé en octobre dernier à son plus bas niveau depuis 27 ans, en raison notamment des tensions commerciales qui ont pesé sur son secteur manufacturier.

Les Etats-Unis menacent toujours d'imposer une surtaxe de 15% sur 156 milliards de dollars de produits d'importation chinois le 15 décembre, ce qui constitue une date butoir naturelle pour le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross.

(Steve Holland, William Schomberg, version française Jean-Stéphane Brosse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS