Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Trouver un emploi en traversant la rue, c'est plus vrai à Paris et dans les grandes métropoles qu'ailleurs

Christophe Bys

Publié le

Selon une étude réalisée par Hellowork, on ne peut plus vraiment opposer Paris au désert français. Il faut désormais prendre en compte l'ensemble des métropoles qui ont un pouvoir d'attraction majeur en matière de création d'emplois. Pour trouver un emploi si on vit en dehors de ces grandes zones urbaines, il faut être prêt à faire plus que traverser la rue : déménager. 

Trouver un emploi en traversant la rue, c'est plus vrai à Paris et dans les grandes métropoles qu'ailleurs
"A nous deux Paris ! " Un siècle après, l'exclamation du Rastignac reste d'actualité.
© all in free

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Encore un rêve technologique qui s'effondre. Il n'y a pas si longtemps, l'apparition de ce qu'on appelait encore les technologies de l'information et de la communication semblait appeler à une meilleure répartition de la population sur le territoire. Puisque tout le monde serait connecté, il deviendrait possible de travailler depuis n'importe quel endroit. Les jours des grandes villes comme centre d'emploi était compté. 

Hyper concentration de l'emploi

L'étude publié par Hellowork (1) apporte un démenti à cette intuition plein d'un bon sens pas très étayé. Il en ressort, en effet, que l'emploi en France est très polarisé dans quelques métropoles. Ainsi, alors qu'une offre d'emploi publiée par Hellowork sur deux concerne un emploi dans une des 22 métropoles françaises, seulement 31 % de la population y vit. Et la concentration est encore plus forte qu'il n'y paraît. En effet, 42 % des postes à pourvoir se trouvent dans l'une des 13 principales métropoles françaises (soit Paris, Aix-Marseille, Lyon, Lille Bordeaux, Toulouse, Nantes, Nice, Rouen, Strasbourg, Montpellier, Grenoble et Rennes).

Or, pour importantes qu'elles soient, ces treize métropoles ne regroupent que 27 % de la population active. Autrement dit, pour trouver un emploi, travailler - ou être prêt à travailler -  dans un grand centre urbain constitue un avantage loin d'être négligeable.  L'indice de métropolisation de l'emploi varie de 67 % pour le Grand Paris rapporté à l'Île-de-France (67 % de l'emploi de la région est dans cette métropole) à 4 % pour Saint-Etienne ou Clermont Auvergne. Entre ces deux extrêmes, on trouve Aix- Marseille (52 %), Lille ou Toulouse (42 % chacune) ou encore Lyon (40 %) Nantes (39%)

Polarisation selon le niveau d'études

L'étude montre aussi que les compétences demandées ne sont pas du même type selon les espaces. Dans la métropole du Grand Paris, c'est le "royaume" des techniciens, des cadres moyens ou supérieurs. 80 % des offres concernent un niveau d'études au moins égal à bac+2. 26 % concernent les bac+2 et les techniciens, 25 % les bac+3 ou 4 et les agents de maîtrise et 30 % les ingénieurs et les bac +5. Si le total est relativement proche dans les autres métropoles, la répartition laisse apparaître quelques nuances : moins de niveau bac +5 (24 %), autant de bac +3 ou 4 (23 %) et beaucoup plus de techniciens et autres bac +2 (31 %). Hors métropole, la majorité des offres correspond à des postes moins diplômés : 31 % s'adressent à des bac+2, 22 % requièrent un niveau bac et 12 % le BEP ou le CAP.   

Ces résultats corroborent les analyses de Nicolas Colin de The Family. Ce promoteur de l'économie numérique et de l'économie des start-ups affirme depuis longtemps que contrairement à l'idée reçue, le numérique tend à hyper polariser l'emploi autour d'écosystèmes attirant les ressources et notamment les emplois les plus qualifiés. Ces derniers attirent à leurs tours d'autres emplois. Qui dit écosystème numérique dynamique dit besoin de services pour ces salariés avides de nouveaux services. Devenir livreur à vélo ou chauffeur de VTC a peu de sens dans une ville en crise où la demande sera trop faible pour qu'il soit intéressant de s'installer et développer une activité indépendante. 

--------------------------------------------------------

(1) Analyse basée sur 768 758 offres d'emplois publiées entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018.

N.B. Les statistiques ont été établies en fonction de la localisation finale de l'emploi et non en fonction de la localisation du siège social. 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle