TROU D'AIR

Vers une réduction des effectifs de 5 % en 2003.

Partager

Pour la première fois depuis huit ans, les industriels ont enregistré un recul de leur activité en 2002, avec des ventes de 24,6 milliards d'euros (- 2 %). Plus grave, les commandes ont chuté de 27 %. D'autant que l'avenir est morose avec une économie mondiale en crise et les conséquences d'une déflagration au Moyen-Orient.
La crainte de l'activisme américain
Le transport aérien est exposé à une onde de choc identique à celle du 11 septembre. " Quelque 15 % de croissance du trafic passagers ont été perdus en deux ans ", rappelle Philippe Camus, président du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales). Les reports et annulations de commandes risquent de se multiplier. Et la situation critique des compagnies américaines est un danger pour les avionneurs. A l'instar d'Airbus, victime d'un défaut de paiement de 44,5 millions de dollars de la part d'US Airways. Le spatial n'est pas mieux loti (- 15 %). La reprise est attendue pour 2005/2006, dans la mesure où les commandes mondiales de satellites stagnent à 6 unités par an (contre 23 lors de la précédente décennie) et le marché des lanceurs a été divisé par deux (15 appels d'offres en 2002). Le risque de conflit en Irak ne rassure pas l'industrie de l'armement. Malgré la loi de programmation militaire 2003-2008 et ses 89 milliards d'euros de crédits d'équipements, ils redoutent les derniers arbitrages ministériels et s'inquiètent d'un activisme industriel américain accru, dans la foulée du conflit irakien. La baisse d'activité enregistrée dans l'aéronautique au second semestre 2002 pourrait alors s'accélérer. Jean-Pierre Jolivet

L'usine Nouvelle N°2862 du 13/03/2003

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS