Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Trophées des usines] Prix de la productivité : Actia fait revenir la grande série en France

, , , ,

Publié le

Actia Automotive a relocalisé sur son site de Colomiers la fabrication des cartes électroniques de grande série jusqu’alors réalisées en Tunisie. L'entreprise remporte le prix de la productivité.

[Trophées des usines] Prix de la productivité : Actia fait revenir la grande série en France
Pour assurer la montée en cadence du site, 70 personnes ont été recrutées.
© Guittet Pascal Guittet Pascal

Dans l’électronique, il y a ceux qui font le choix du fabless et ceux qui veulent tout maîtriser, comme Actia Automotive. Cet équipementier automobile français, qui emploie 3 000 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de 381,5 millions d’euros, s’est même appliqué à faire revenir dans l’Hexagone sa production de grande série. Jusqu’ici, la fabrication de cartes électroniques était répartie entre Colomiers (Haute-Garonne) pour les petite et moyenne séries et la Tunisie pour la grande série.

La demande en cartes télématiques, qui pilotent les écrans des tableaux de bord et assurent la connectivité des véhicules, a presque doublé depuis 2013. « Les usines tunisiennes étaient devenues deux fois plus chargées que l’usine française, explique Philippe Guyard, le responsable de la stratégie de cette ETI familiale. En 2015, lorsque les groupes Volvo et Jaguar Land Rover ont choisi Actia Automotive comme fournisseur unique de leurs nouvelles cartes télématiques, nous nous sommes posé la question d’ouvrir un site en Europe, mais avons préféré pérenniser celui de Colomiers. »

Création d’une ligne automatisée

La décision est prise en juillet 2015. Aujourd’hui, la nouvelle ligne d’assemblage de cartes est opérationnelle et le planning de montée en cadence est respecté. « Nous avons conduit ce projet en un temps record. Les clients y croyaient à peine car neuf mois, c’est le délai d’approvisionnement des composants les plus complexes », précise Éric Le Bozec, le directeur des opérations industrielles. Tous les collaborateurs ont été impliqués dans ce projet qui représente un investissement de 4,5 millions d’euros et a généré l’embauche de 70 salariés. L’ancien bâtiment logistique a été réaménagé pour accueillir la nouvelle ligne. Celle-ci ressemble à celle installée en Tunisie, mais a été automatisée pour réduire le coût de main-d’œuvre dans les produits. « Nos ingénieurs ont imaginé un système de transfert des cartes à deux voies. Une même machine peut ainsi produire des cartes recto et verso simultanément », souligne le directeur technique, Philippe Raynal. À cela s’ajoutent des projets d’amélioration continue, qui ont déjà permis de diminuer les temps de réglage lors des changements de série. Ils sont de 11 minutes à Colomiers, contre 45 en Tunisie.

Actia veut encore aller plus loin et réfléchit à des technologies ­inspirées par le plan Industrie du futur. « Des développements sont en cours autour des machines communicantes. Nous réfléchissons à fabriquer nos propres chariots de manutention autonomes », indique Florent Desvignes, le responsable de production du site. Au final, les 10 % de coût de main-d’œuvre supplémentaires par rapport à la Tunisie sont en passe d’être compensés par cette automatisation (5 opérateurs pour la ligne française contre 15 pour la ­tunisienne) et par des délais d’approvisionnement plus courts en France, qui ont permis de réduire les stocks de neuf à trois jours.

À terme, toutes les lignes d’assemblage de cartes seront développées et testées à Colomiers avant d’être envoyées dans des usines partout dans le monde. Et après les grandes, les moyennes et les petites séries, Actia compte lancer d’ici à dix-huit mois une offre de microsérie (moins de dix pièces). « Notre objectif, précise Jean-Louis Pech, le président du directoire du groupe, est de faire de l’usine de Colomiers un centre d’excellence en industrialisation de cartes pour tout le groupe, que l’on y maîtrise les métiers de tous les sites et tous les types de produits, quelle que soit la taille de la série. » 

Chiffre d’affaires51,58 millions d’euros

Effectif 320 personnes

Production 900 000 cartes par an

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle