[Trophées des usines] Adam remporte le prix de l'initiative RSE

Pour développer son activité, Adam s’appuie, depuis 2009, sur l’engagement de ses salariés et sur une démarche durable. Grâce à ces démarches Adam a remporté le prix de l'initiative RSE des Trophées des usines.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Trophées des usines] Adam remporte le prix de l'initiative RSE
Les clients vantent l'origine locale et la durabilité du packaging de leurs bouteilles.

« Nous avons choisi d’utiliser une ressource locale, le pin maritime des Landes de Gascogne, même s’il est plus difficile à travailler pour nos opérateurs. Quand on leur a parlé de l’impact sur l’emploi dans les scieries locales et des conditions de travail, dramatiques, chez certains fournisseurs espagnols, on a réussi à les embarquer… » Depuis qu’il a repris Adam, fabricant de caisses en bois pour vins et spiritueux, Jean-Charles Rinn a mis les salariés au cœur de sa stratégie. Il les a prévenus : « Je ne peux rien sans vous. » Depuis 2009, le chiffre d’affaires est passé de 4,5 millions d’euros à 8 millions en 2016.

Les salariés sont associés à toutes les décisions

Ce sont les salariés qui, en 2015, ont repensé l’organisation industrielle à l’occasion de la construction d’une nouvelle usine en forêt, à Sainte-Hélène, en Gironde. Les ateliers participatifs ont débouché sur des changements importants, comme une nouvelle implantation pour l’atelier finition ou une modification des horaires de travail. « On a notre mot à dire sur tout, et notre parole est suivie. C’est très innovant ! » s’enthousiasme Christelle Tach, menuisière. Un mécontentement s’était manifesté au sujet de l’attribution des primes. Un groupe de travail a été créé et une nouvelle procédure décidée. Concernant les opportunités de carrière réduites, la classification des emplois ouvriers a été revue. Les salariés ont été invités à prendre, en plus de leur poste, une responsabilité, de référent 5S, d’atelier, en santé – sécurité… 16 d’entre eux ont été augmentés. Soucieuse de l’égalité hommes femmes, l’entreprise est en attente d’un label diversité – égalité.

L’approche développement durable s’est imposée. « Notre culture est de veiller au caractère soutenable de l’entreprise, analyse Jean-Charles Rinn. Pour qu’elle soit pérenne, il faut optimiser la consommation des ressources. » Engagé dans la relocalisation de la transformation du bois en Aquitaine, Adam a utilisé du pin local pour la charpente de son usine, éco-conçue. L’entreprise se fournit à 70 % en bois local, mais vise plus. Le pin et le peuplier bénéficient à 85 % de la certification Pefc, qui garantit une gestion durable des forêts d’origine.

L’entreprise élimine progressivement les produits nocifs : les solvants utilisés pour la finition et l’impression ont été remplacés par des produits hydrosolubles, un point positif pour la santé des opérateurs. Les lubrifiants hydrocarburés ont été remplacés par des produits d’origine végétale. Pour limiter les déchets, l’organisation de la scierie a été revue. Le tri du bois se fait immédiatement, et certaines pièces sont récupérées pour être recoupées. 98 % de ce qui sort de l’usine, bois, plastique, ferraille, sont recyclés. Même au réfectoire, dont les baies vitrées donnent sur la forêt, les salariés trient leurs déchets. Si une grosse partie des déchets bois part chez des industriels, certains produits défectueux sont donnés à une recyclerie de Bordeaux qui emploie 10 salariés en réinsertion. Elle a fabriqué le mobilier du réfectoire et de l’espace collaboratif.

Pour Jean-Charles Rinn, « la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un bon outil, et nous avons toujours été à la recherche d’outils ». Adam s’est lancé en 2014 dans la rédaction d’un rapport RSE. Une opération exigeante, renouvelée en 2015 et 2016. L’entreprise prépare sa candidature à la norme ISO 26000. La démarche responsable d’Adam est devenue un argument pour ses clients, qui vantent l’origine locale et la durabilité du packaging de leurs bouteilles. La démarche RSE peut aussi attirer des salariés en quête de sens. Pas du luxe dans une industrie qui peine à recruter.

Chiffre d’affaires 8millions d’euros en 2016

Effectif 56 personnes

Production 1,3million de caisses ou de coffrets par an

 

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    ADAM
ARTICLES LES PLUS LUS