Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Trophées des femmes de l'industrie] Saran Diakité Kaba remporte le prix "Femme de l'innovation"

Publié le , mis à jour le 20/09/2016 À 20H19

Saran Diakité Kaba,  37 ans,  Responsable user experience cockpit team pour PSA

[Trophées des femmes de l'industrie] Saran Diakité Kaba remporte le prix Femme de l'innovation
SARAN DIAKITE KABA
© JAYET Stephanie

C’est un étudiant de l’Ensci-Les Ateliers de retour d’un stage dans le Grand Nord qui lui a donné l’envie de devenir designer. « C’était tellement éloigné de nos cultures… », raconte Saran Diakité Kaba, dont les racines familiales puisent en Afrique et en Amérique latine. Pour financer ses études à l’Ensci, cette musicienne se lance avec un ami dans une activité professionnelle de design sonore ; avec un autre dans le design interactif. Puis elle enchaîne les expériences dans les agences de design, chez Decathlon, puis à nouveau en agence, où elle fait de la « design vision », consistant à « donner à voir ce que sera le futur ». À la recherche « d’un nouveau territoire » professionnel, elle propose aux constructeurs automobiles de monter un « laboratoire des nouveaux usages ». PSA la recrute en 2011 et la laisse créer un service transversal, chargé de réfléchir aux futures attentes des automobilistes. « On a fait beaucoup de remous, bougé l’organisation. Cette méthode agile et pluridisciplinaire, qui s’appuie sur une conception systémique du point de vue du client, permet de livrer une synthèse innovante. » Saran Diakité Kaba travaille notamment sur les interactions homme-machine dans le véhicule autonome. Enseignante en école de design, elle diffuse aussi en interne ses méthodes et approches de l’innovation, organise des séances de « créativité systémique » qui débouchent régulièrement sur le dépôt de brevets. « On sait qu’on ne sait pas ce que seront les relations homme-machine en 2020 ! » conclut-elle.

Remarque sexiste entendue
« Si on l’a nommée à ce poste, c’est parce qu’on fait de la discrimination positive. Et ce n’est pas le plus machiste des hommes qui l’a dit. Mais je n’ai pas laissé passer ça ! »

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle