Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Trophées des femmes de l'industrie] Lida Rahmani, femme de l'international 2016

Publié le , mis à jour le 20/09/2016 À 20H43

Lida Rahmani, 34 ans, responsable prévisions de marché Airbus

[Trophées des femmes de l'industrie] Lida Rahmani, femme de l'international 2016 © Philippe Masclet/Master Films/Airbus Group


Si ses premières transhumances lui ont été imposées par la folie guerrière des hommes, Lida Rahmani a fait de la découverte de nouvelles cultures un choix de vie. Un choix motivé aussi par sa volonté de réussir dans un grand groupe aéronautique international. Chez Airbus, elle s’occupe des prévisions de marché. À 34 ans, elle a déjà vécu dans six pays. À 9 ans, elle quitte son Afghanistan natal alors que les troupes soviétiques défaites laissent place à une guerre civile. Direction le Pakistan jusqu’à 16 ans avant de rejoindre, avec sa mère et ses sœurs, un oncle installé en Australie. Elle intègre le système australien et réussit haut la main un master d’engineering aéronautique. Elle décroche un stage en Allemagne où elle rencontre son futur mari. Son diplôme en poche, c’est ce pays qu’elle rejoint, à Lufthansa Technik, pour la customisation, notamment, d’appareils VIP. Cinq ans plus tard, direction la Chine où Airbus lui propose de s’occuper d’un aménagement pour un client local. Elle s’installe à Xiamen pendant un an, livre avec deux mois d’avance et réduit les coûts de 15 %, avant de travailler au siège en France, aux ventes puis à la stratégie. Les différences culturelles s’apprennent, explique-t-elle. « Se serrer la main en Allemagne, s’embrasser en France. Pas de problème. Outre-Rhin, le travail est très structuré, en France, on apprend à gérer les situations sous pression. » Lida a aussi suivi un executive MBA à Madrid pendant ses week-ends pour le poste à responsabilité qu’elle vise. Une telle volonté ne va pas sans une légitime ambition.

 

Remarque sexiste entendue
« J’ai toujours côtoyé des gens très respectueux, encore plus en Chine où mon équipe très masculine n’était pas du tout étonnée d’être dirigée par une femme. Elles sont nombreuses à des postes élevés. »

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle