Tout le dossier Tout le dossier

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne Wagner de Tereos, femme de R&D de l'année

Le 26 septembre, L'Usine Nouvelle a remis les Trophées des femmes de l'industrie. Anne Wagner, 53 ans, directrice de la R & D du groupe Tereos remporte le Trophée de femme de l'année dans la catégorie R&D. Elles mettent les technologies au service du progrès de l’industrie. Adeptes de formation continue ou docteurs dès leur formation initiale, ces femmes transforment leurs recherches en business pour réduire la corrosion des bateaux, développer des silices innovantes ou de nouvelles protéines végétales.

Partager
[Trophées des femmes de l'industrie] Anne Wagner de Tereos, femme de R&D de l'année
Anne Wagner, directrice REtD du groupe Tereos.
NOURRIR AU FUTUR
Anne Wagner, 53 ans, directrice de la R & D du groupe Tereos
Ingénieur en biotechnologies en 1986, Anne Wagner est une pionnière de cette discipline. Malgré une formation de recherche fondamentale, elle choisit rapidement l’industrie. « J’avais envie de faire des choses tangibles, dit-elle avec simplicité, et pas la patience de faire carrière dans la recherche. » Sa première expérience est un pilote d’industrialisation de résultats de sa thèse, en vue de produire un pro-enzyme, un médicament anti-thrombolytique qui s’activerait au contact d’un caillot sanguin. Mais, fondé sur des cellules humaines, il est recalé avant mise sur le marché. Elle apprend là une leçon fondamentale : savoir arrêter un projet, « même si c’est frustrant ». Une leçon qu’elle n’oubliera pas en intégrant en 2005 Tereos, dont elle devient en 2014 la directrice R & D. Cette expérience a forgé une autre compétence : l’entrepreneuriat. À la fois « intra » et « entre »-preneuse, Anne Wagner est aussi présidente de la société de recherche Improve pour la valorisation des protéines végétales (avec Avril, Vivescia, InVivo, l’Inra…), présidente de Procethol 2G (éthanol de deuxième génération) et présidente de Beghin Meiji, une coentreprise entre Tereos et le japonais Meiji Seika. Son combat, ce sont les protéines végétales. Pour la planète et la santé, pour ses trois enfants, parce qu’en 2050 « 9?milliards d’hommes ne pourront pas tous manger 90?kg de viande par an ».
Myrtille Delamarche
Si j’étais un homme
"Chez Tereos, j’aurais sans doute eu un parcours différent pour arriver au même poste, passant par de la production. Mais le côté répétitif ne m’aurait pas convenu très longtemps."
Les autres nommées de la catégorie
Une curiosité inoxydable
Anne-Marie Grolleau, 52 ans, ingénieur d’études technologiques chez Naval Group
Crédits : Rea
Dans son laboratoire, c’est de l’eau de mer qui coule des robinets. Et pour cause : il s’agit de la matière première indispensable pour Anne-Marie Grolleau, experte en lutte contre la corrosion marine pour DCNS, rebaptisé Naval Group. À Cherbourg, à la tête d’une équipe de 7 personnes, elle conçoit les protections contre la rouille des coques des navires militaires, confrontés à l’un des milieux les plus corrosifs qui soient. En trente ans de maison, elle a gravi tous les échelons grâce à une volonté de fer. Entrée en 1987 comme technicienne de laboratoire avec un simple DUT en poche, elle est aujourd’hui la référente mondiale pour le groupe dans son domaine, auteur d’articles et de publications. Elle n’a de cesse de compléter ses connaissances : cours au Cnam, master en sciences des matériaux… En 2000, elle solidifie même son expertise en rejoignant pendant un an le laboratoire de recherche de l’US Navy. Son moteur : une curiosité inoxydable. « Il faut s’intéresser à ce qui se fait dans les autres domaines », conseille-t-elle. Elle ferraille pacifiquement aussi bien avec des ingénieurs de l’industrie de l’énergie, des experts australiens que des chercheurs à l’université de La?Rochelle. Promenade avec sa fille et son mari en bord de mer ou en voilier, nage en palmes, jardinage… Même pendant son temps libre, pas question de rouiller à ne rien faire.
Hassan Meddah
Si j’étais un homme
"Cela n’aurait absolument rien changé à mes choix professionnels. J’ai pu réaliser la carrière dont j’avais envie
en gravissant un à un les échelons."
Comprendre pour produire
Sylvaine Neveu, 49 ans, directrice scientifique de l’activité silice de Solvay
Crédits : Pascal Guittet
À son poste depuis peu, Sylvaine Neveu évalue les projets stratégiques, définit la feuille de route à l’horizon 2030 et coordonne les équipes de R & I de l’activité silice de Solvay. « I », pas « D » ? « C’est le “I” d’innovation. En tant que groupe industriel, développer ne suffit pas, il faut innover, c’est-à-dire aller jusqu’au produit vendu au client. Quand on conçoit une solution, on doit prendre en compte très tôt les contraintes de l’industrialisation. » Sylvaine Neveu reste fidèle à l’approche duale de sa thèse de doctorat, réalisée à Mines ParisTech, après son diplôme de Chimie ParisTech : « Mon sujet alliait synthèse et procédés, il fallait comprendre et modéliser les mécanismes de formation d’un produit, pour pouvoir le produire à grande échelle. » Son parcours, entamé en 1994 chez Rhône-Poulenc, devenu Rhodia puis Solvay, est jalonné de ces innovations qui vont jusqu’au produit. Elle est particulièrement fière d’avoir mené à bien de 2000 à 2008 un projet de silice innovante pour pneus qui équipe chaque année 5?millions de véhicules en réduisant leur consommation de carburant. Promue dans la foulée à la tête du développement des nouveaux produits silice, une activité de croissance chez Solvay, elle revendique son apport spécifique : « Mon rôle a été de faire en sorte que l’on efface les frontières entre l’amont et l’aval, pour atteindre une grande fluidité de la conception à l’industrialisation », explique cette mère d’un garçon de 9 ans, qui se souvient que, « toute petite, je démontais tout ce que je recevais. Je voulais comprendre comment les choses fonctionnent, pour agir ».
Manuel Moragues
Si j’étais un homme
« Cela n’aurait rien changé ! Je me serais peut-être un peu moins imposé une obligation de réussite. Il faut encore prouver que les femmes sont capables, donc ne pas se rater. »
0 Commentaire

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne Wagner de Tereos, femme de R&D de l'année

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS