Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne Vetter-Tifrit (Velum), prix de la Femme du numérique

, ,

Publié le , mis à jour le 25/09/2018 À 22H22

Le 25 septembre, L'Usine Nouvelle a remis les Trophées des femmes de l'industrie. Anne Vetter-Tifrit, de Velum, a reçu le Trophée de la Femme du numérique. Retrouvez les portraits des femmes talentueuses nommées dans sa catégorie. À la manœuvre pour transformer des industries traditionnelles, les femmes qui ont retenu notre attention explorent avec succès les voies de la troisième révolution industrielle. Au-delà de leur expertise, ce sont avant tout des communicantes enthousiastes qui savent emmener les équipes.

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne Vetter-Tifrit (Velum), prix de la Femme du numérique
La lauréate Anne Vetter-Tifrit
© Cédric Soares

Les entreprises citées

La flamme du made in France

Anne Vetter-Tifrit, 42 ans
Présidente de Velum

En 2017, Velum, l’entreprise de solutions d’éclairage que dirige l’énergique Anne Vetter-Tifrit a été l’une des premières PME labellisée Vitrine industrie du futur. En digitalisant ses process, son entreprise produit désormais à la demande plus de 145000 références à des prix compétitifs par rapport aux pays d’Asie ou d’Europe de l’Est. À la tête de l’entreprise (fondée par son père) depuis 2012, cette ingénieur Supelec a mis fin la diversification dans le photovoltaïque pour se concentrer sur un cœur de métier en embarquant ses 200 collaborateurs dans une transformation numérique "qui se doit d’être l’affaire de tous", selon elle. Le chiffre d’affaires passe de 16 millions d’euros en 2014 à 24 millions en 2018 avec dix filiales à l’international.

La reprise de l’entreprise familiale n’était pourtant pas écrite. Fraîchement diplômée, elle travaille deux ans chez Steria avant de, prudemment, mettre le pied chez Velum. Puis elle s’implique à fond sur l’informatique, les RH, les finances, avec son futur mari ramené dans ses bagages. Commandante dans la réserve citoyenne, elle ne compte pas non plus ses heures d’engagement auprès d’autres dirigeants à la CCI ou comme conseillère du commerce extérieur. Sa fierté? "Continuer à fabriquer en France." Son ambition? "Dynamiser l’économie locale." Et pour se détendre, direction la cuisine, où elle concocte de bons petits plats.

Anne-Sophie Bellaiche

A propos de #Metoo
«Il a permis de ne plus accepter les abus sexuels comme une fatalité. Mais il ne faut pas que cela se transforme en une chasse aux sorcières en se substituant aux tribunaux.»

Les portraits des autres nommées:

Les clients pour guide

Agnès Chiroux, 43 ans
Directrice produit de l’application SNCF

Entrée à la SNCF à la fin de ses études (ESCP, puis MBA aux États-Unis), Agnès Chiroux y est encore, après avoir occupé une multitude de postes. Devenue une spécialiste de la transformation, dans laquelle elle sait entraîner les syndicalistes d’une direction régionale ou les agents de la police ferroviaire, un directeur la repère pour sa capacité à faire travailler les gens ensemble. On lui propose de diriger le projet d’une nouvelle application mobile pour la SNCF. "Je ne connaissais rien au numérique, mais je savais que c’était l’avenir."

Son défi: réunir les différents transporteurs de la SNCF (grandes lignes, TER, Transilien…) sur une seule application, alors que chacun disposait de la sienne jusque-là. Elle se forme à la méthode agile et décide d’avoir un seul guide: le parcours client. "Un héritage de mes stages en marketing dans la grande consommation." Des clients testent l’application en temps réel et leurs remarques sont prises en compte tous les 15 jours par une équipe de choc réunissant développeurs, designers, représentants de la relation

clientèle. Un mélange des métiers et une réactivité inédite dans cette grande maison! Agnès Chiroux s’intéresse aujourd’hui au potentiel de l’analyse de données. «Mais certains clients ne sont pas prêts à des changements trop importants, nous devons parfois ralentir de rythme.»

Cécile Maillard

A propos de #Metoo
«C’est bien que ce mouvement permette à certaines de parler. Mais il y a d’autres violences, d’autres souffrances que celles faites aux femmes, il faut également les dénoncer.»

 

Digitale woman

Patricia Waldron-Werner, 61 ans
DRH de Orange Business Services

Patricia Waldron-Werner n’est pas le style à rester confinée dans son bureau. En juin, elle emmenait les DRH de grands clients d’Orange Business Services (OBS) dans une learning expedition, en Californie. Cette Irlandaise, d’une volubilité toute latine, a compris que pour ses clients comme pour son entreprise, les technologies numériques sont à la fois le défi et l’opportunité des RH. Dans une activité où le chiffre d’affaires est intimement lié au nombre de compétences qualifiées qu’un acteur peut mettre sur le terrain, elle a créé une plate-forme digitale pour assister dans leur recrutement les RH des 80 pays où OBS est présent. "Par son biais, nous pouvons prérecruter depuis l’Inde des consultants pour la filiale Argentine", se félicite l’ex-DRH d’Equant.

Lassée de devoir intervenir en réaction, elle fonde dès 2011 un «strategic workforce committee», qui arbitre entre la formation des collaborateurs, l’acquisition d’entreprises spécialisée ou le recrutement. Pour répondre à ces questions, la diplômée de l’Insead a impulsé un mapping dynamique des compétences des collaborateurs en fusionnant 19 bases de données. "J’adore développer des projets. J’ai une vision à long terme, mais il faut de la patience et de l’écoute car les gens doivent s’approprier les sujets pour changer", témoigne celle qui a diffusé la culture client dans son entreprise via un programme qui a impliqué 16000 collaborateurs dans des road shows.

Anne-Sophie Bellaiche

A propos de #Metoo
«L’écho mondial de ce mouvement montre l’importance du sujet. Mais je suis une pragmatique, je crois que c’est à chacun d’agir, à son niveau, pour aider les femmes.»

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle