Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne-Catherine Brieux (Renault), prix de la Femme de production

, , , ,

Publié le , mis à jour le 25/09/2018 À 22H16

Le 25 septembre, L'Usine Nouvelle a remis les Trophées des femmes de l'industrie. Anne-Catherine Brieux, du groupe Renault, a reçu le Trophée de la Femme de production. Retrouvez les portraits des femmes talentueuses nommées dans sa catégorie. La production et la logistique ne sont pas réservées aux hommes. Pragmatiques et douées d’un grand sens relationnel, ces femmes misent autant sur leur rigueur que sur la créativité de leurs équipes. Et les chantiers colossaux et complexes ne leur font pas peur.

[Trophées des femmes de l'industrie] Anne-Catherine Brieux (Renault), prix de la Femme de production
La lauréate Anne-Catherine Brieux, directrice de l'usine de Valladolid Motores Renault.
© DAHMANE

Esprit moteur

Anne-Catherine Brieux, 44 ans
Directrice de l’usine Renault Motores de Valladolid (Espagne)

Son goût pour la mécanique, elle l’a acquis dès son plus jeune âge. Élevée avec son frère et ses cousins, Anne-Catherine Brieux se prend vite d’intérêt pour les rouages et le fonctionnement des moteurs. En toute logique, elle suit une formation d’ingénieur en énergétique et propulsion à l’Institut national des sciences appliquées (Insa). Entre l’automobile ou l’aéronautique, son choix est vite fait: "J’avais envie de développer des choses accessibles au plus grand nombre, et l’automobile correspondait à l’idée que je me faisais de ma vie professionnelle", explique celle qui intégrera Renault à l’aube des années 2000.

Depuis l’usine de Cléon (Seine-Maritime), Anne-Catherine Brieux pilote, avec une équipe d’une centaine de personnes, la conception du moteur 2 litres essence qui équipe la Dacia Duster. Un vrai défi. Il faut produire un moteur résistant, facilement réparable et à un coût accessible. Or, "le bureau d’études installé à Cléon travaillait à l’époque sur de petites modifications dans la vie des moteurs, et non sur une reconception majeure comme pour le Duster", se souvient-elle. Aujourd’hui, le moteur équipe toujours les nouvelles moutures du SUV. Un succès qui n’est sans doute pas étranger au fait qu’Anne-Catherine Brieux soit aujourd’hui la seule femme directrice d’une usine européenne chez Renault. Depuis un an et demi, elle pilote le site de Valladolid spécialisé dans la production de moteurs.

Julie Thoin-Bousquié

A propos de #Metoo
«Le mouvement a sans doute influé sur les comportements. Mais ce sont les exemples que l’on peut donner aux autres femmes, qui leur donneront confiance.»

Les portraits des autres nommées:

Première de cordée

Magali Anderson, 51 ans
Directrice groupe santé et sécurité de LafargeHolcim

Avec une carrière commencée à 22 ans sur une plate-forme pétrolière au Nigeria pour Schlumberger, le parcours de Magali Anderson tient de la gageure. À son actif, la direction de la ligne de production du plus grand centre européen de l’équipementier pétrolier, celle d’un centre d’usinage de pièces complexes à Shanghai, le management de 12000 personnes et le passage de la maintenance au XXIe siècle. En 2013, on lui demande de se projeter en 2020. Sa réflexion mènera au TLM – technology lifecycle management, la maintenance tout au long du cycle de vie d’un produit. Et quel produit! Des équipements pétroliers qui nécessitent un entretien de haut vol. Elle trouve des experts sur place, développe leurs compétences.

Aujourd’hui, Schlumberger a déployé le TLM dans le monde entier. Fin 2016, elle rejoint LafargeHolcim qui recherchait un «homme» de terrain pour prendre la direction santé et sécurité. Elle visite 25 pays par an, repère les mauvaises pratiques, propose des solutions. Et, en moins de deux ans, divise par deux le nombre de morts accidentels. L’ingénieur de l’Insa Lyon prend aussi le temps de défendre la cause des femmes. "Mon créneau, c’est leur développement." Sur lapetroleuse.com et désormais le blog qu'elle tient sur le site de L'Usine Nouvelle, elle y partage son expérience. Mais surtout, va "chercher les femmes silencieuses mais talentueuses qui ne sont jamais promues".

Anne Debray

A propos de #Metoo
«Ce mouvement transversal, en dehors de structures féministes, a ouvert les yeux de milliers de femmes. Et révélé un grand nombre d’actions égocentrées des hommes.»

 

L’exigence industrielle

Katia Nowaczyk, 46 ans
Directrice du technicentre SNCF de Rennes

Deux décennies dans l’automobile et un changement radical, quand elle répond, il y a dix-huit mois, à un cabinet de recrutement pour diriger un établissement de la direction du matériel de la SNCF. "Ma première réaction a été de me dire que la SNCF, ce n’était pas de l’industrie, se rappelle Katia Nowaczyk. Or j’ai découvert un monde que l’on n’imagine pas en prenant le train." Au sein du groupe PSA, cette ingénieur de Centrale Lille avait lancé l’industrialisation de la 5008 en tant que directrice d’une usine de montage avec la gestion managériale de 1000 personnes. Elle a aussi répondu au défi d’un PSE qui a lui a fait découvrir les relations tendues avec les organisations syndicales.

À la SNCF, elle découvre "un univers beaucoup moins macho que dans l’auto, où vouloir imposer des méthodes lean – à la demande de la direction –, n’a pas rencontré d’hostilité, car elles nous ont permis de gagner des contrats externes. Mon premier cheval de bataille a été la sécurité du personnel. Et il a fallu de la pédagogie pour faire respecter les règles." En dix-huit mois, le taux de fréquence d’accident est divisé par deux et demie. Figure phare du réseau SNCF au féminin, elle toujours pris des postes où elle était la première femme. Des univers d’hommes, qu’elle quitte quand elle s’adonne à la broderie d’art. "On aime bien se retrouver entre femmes pour parler chiffons."

Olivier Cognasse

A propos de #Metoo
«Avec SNCF au féminin, on travaille beaucoup à libérer la parole. Quand les nouvelles subissent des remarques sexistes, elles doivent réagir aussitôt.»

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle