Quotidien des Usines

Trois sites fermés et 889 emplois supprimés malgré le sauvetage de Gad

, , ,

Publié le , mis à jour le 11/10/2013 À 18H16

Le tribunal de commerce de Rennes (Ille-et-Vilaine) a rendu son verdict le 11 octobre concernant le groupe Gad en redressement judiciaire depuis février dernier. Il accepte le plan de continuation présenté par son actionnaire Cecab. 889 personnes seront licenciées, l'abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère) sera fermé ainsi que l'usine de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Trois sites fermés et 889 emplois supprimés malgré le sauvetage de Gad © D.R. - Fotolia

Le verdict est tombé le 11 octobre. Le tribunal de commerce de Rennes (Ille-et-Vilaine) a accepté le plan de continuation présenté par le groupe Cecab, le principal actionnaire de l'entreprise d'abattage de porc Gad SAS composée de 1 700 salariés. Elle était en redressement judiciaire depuis février dernier. Ce plan passe par la fermeture de l'abattoir situé à Lampaul-Guimiliau (Finistère) qui emploie plus de 800 salariés, ainsi que l'usine de charcuterie industrielle de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et le siège social de Gad à Saint-Martin-des-Champs (Finistère).

Globalement, 889 personnes seront licenciées. Le groupe Cecab va proposer 343 solutions de reclassement dans l'abattoir situé à Josselin (Morbihan) où la production va être entièrement concentrée. Ce site emploie à ce jour 650 salariés. A l'annonce de la décision du tribunal de commerce, le personnel a semblé abattu.

Le groupe Cecab indique que seule sa solution permet le maintien de l'activité porcine de Gad qui est marquée par une forte perte de plus de 80 millions d'euros. Les banques et l'Etat ont donc accepté de réduire leurs créances. Un investissement de 35 millions d'euros sur 3 ans est prévu par Cecab pour moderniser les installations de Gad à Josselin.

Stanislas Du Guerny

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte