Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

"Trois ou quatre" pistes industrielles pour reconvertir le site de Petroplus Petit-Couronne

Elodie Vallerey , , , ,

Publié le

L'hypothèse d'une reprise globale du site Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, tient désormais de l'utopie, d'après le préfet de Haute-Normandie. Il étudie désormais activement des projets de reconversion du site industriel.

Trois ou quatre pistes industrielles pour reconvertir le site de Petroplus Petit-Couronne

Lors d'un point presse, le 18 octobre, le préfet de Haute-Normandie a "sifflé la fin de la récréation". Par "récréation", Pierre-Henry Maccioni entend "l'illusion" entretenue par la CGT de l'ancien site pétrolier de trouver un repreneur pour la raffinerie.

"On ne joue pas avec l'Etat, avec les salariés, avec le repositionnement industriel et donc avec l'emploi", a-t-il dénoncé, comme le rapporte l'AFP.

Il juge d'ailleurs l'offre de reprise du libyen Murzuq Oil, réitérée en septembre malgré la liquidation de la raffinerie le 16 avril dernier, "fantaisiste" et "totalement irrecevable".

"A partir du moment où il n'y a pas de repreneur qui soit crédible, qui soit sérieux, il faut procéder à un repositionnement industriel et portuaire", a martelé le préfet.

Le haut fonctionnaire siffle la fin de la récréation, et commence même à tourner la page de la raffinerie ayant appartenu à l'anglo-néerlandais Shell puis le suisse Petroplus.

"Trois à quatre pistes" industrielles se dessinent pour la reprise des 240 hectares en bord de Seine. "Un projet d'envergure" de production de bio-plastiques biodégradables, "un projet d'implantation d'une start-up technologique" pour le traitement des effluents liquides et "un projet de création d'une unité de production de diesel à partir de plastiques usagés", a décrit le préfet.

Une quatrième piste pourrait être le "stockage stratégique" de pétrole par les pouvoirs publics. "Il faut éviter que le site devienne une friche industrielle", a ainsi décrêté Pierre-Henry Maccioni.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle