L'Usine Santé

Trois laboratoires pharmaceutiques se mobilisent contre le cancer des enfants

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le , mis à jour le 15/02/2017 À 08H05

Le jeudi 15 février, c'est la journée internationale du cancer de l'enfant qui est deuxième cause de mortalité chez l'enfant, selon la Ligue contre le cancer. Plusieurs institutions françaises ont donné le coup d’envoi à "AcSé-ESMART", un essai de médicaments unique au monde pour les enfants atteints de cancers, au cours de l'été 2016. Elles ont convaincu trois laboratoires pharmaceutique de mettre à disposition leurs molécules innovantes.

Trois laboratoires pharmaceutiques se mobilisent contre le cancer des enfants © Wikimedia Commons

Un essai "unique au monde", insistent les partenaires. Grâce à leur mobilisation en faveur d’une cause souvent délaissée par l’industrie pharmaceutique (voir notre enquête), l’Institut national du cancer (INCa), l’association Imagine for Margo et le centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy ont donné le coup d’envoi mardi 14 juin 2016 à AcSé-ESMAR, un essai clinique dans les cancers pédiatriques. Objectif, doubler en deux ans le nombre de médicaments pour ces patients délaissés en testant auprès de 260 enfants et adolescents, durant trois ans, dix molécules innovantes (thérapies ciblées, immunothérapies...) au sein de centres spécialisés. Impensable sans le concours de trois laboratoires pharmaceutiques, AstraZeneca, Novartis et BMS, qui mettront à disposition gratuitement leurs produits.

Adapter un programme innovant aux jeunes malades

Spécificité du programme français AcSé, expérimenté chez l’adulte avec d’autres groupes pharmaceutiques pour faciliter l’accès sécurisé à la médecine personnalisée, il ne cible pas les enfants en fonction de leur type de tumeur. "Ce programme évolue pour s’adapter aux spécificités de la prise en charge des cancers chez l’enfant, explique Natalie Hoog Labouret, responsable de la mission AcSé au sein de l’INCa. Ainsi, en fonction du profil moléculaire de leur tumeur, les enfants en situation d’échec thérapeutique bénéficieront d’un accès sécurisé sur l’ensemble du territoire national, à une ou plusieurs molécules, parmi un panel de traitements médicamenteux mis à disposition par plusieurs firmes pharmaceutiques".

Les essais promus par l’industrie toujours insuffisants

Si les cancers pédiatriques sont rares, avec 1 700 nouveaux cas diagnostiqués chez les enfants et 800 chez les adolescents chaque année en France, ils représentent la première cause de décès par maladie chez les enfants. Malgré les efforts de quelques laboratoires - dont Roche, le numéro un mondial de l’oncologie, et BMS à travers sa fondation -, les essais de développement promus par les industriels  sont encore trop peu nombreux et doivent être encouragés en parallèle et dans la suite du programme, insistent les partenaires.

En décembre 2015, un projet, MAPPYACTS, cofinancé par la fondation ARC et le programme hospitalier de recherche clinique national a par ailleurs vu le jour. Il vise à identifier les anomalies moléculaires de plus de 300 enfants ayant un cancer en échec thérapeutique, afin de leur proposer de nouveaux médicaments adaptés dans les essais thérapeutiques précoces.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte