Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Trois dirigeants de Tepco mis en examen cinq ans après la catastrophe de Fukushima

Astrid Gouzik , , ,

Publié le

Presque cinq ans après le dramatique accident de Fukushima, trois dirigeants de Tepco ont été mis en examen pour négligence professionnelle ayant provoqué des décès.

 

Le 11 mars 2011, un violent séisme suivi d'un tsunami surviennent au large des côtes nord-est de l'île de Honshu, provoquant un accident nucléaire majeur sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi. Une première explosion se fait entendre le lendemain au niveau de réacteur numéro 1, puis sur les réacteur numéro 3 et numéro 2. Suit un incendie au niveau de la piscine de stockage de combustible usé du réacteur numéro 4, le 15 mars.

Cet accident, classé au même degré de gravité que celui de Tchernobyl en 1986, a bien sûr eu d'importantes conséquences environnementales dans le monde et a forcé l'industrie nucléaire à quelques ajustements après que de nombreux pays ont remis en question l'utilisation de l'énergie nucléaire. Mais surtout, il a provoqué l'évacuation de dizaines milliers de personnes aux alentours de Fukushima.

Cinq ans après, trois dirigeants de l'entreprise propriétaire de la centrale ont été mis en examen pour négligence professionnelle ayant provoqué des décès. L’ancien président de l’entreprise Tsunehisa Katsumata, et deux ex-vice-présidents, Sakae Muto et Ichiro Takekuro seront donc jugés lors d'un procès.

C'est un groupe de citoyens, essentiellement de la région de Fukushima qui est à l'origine de cette plainte. Ils accusent notamment Tepco d'être responsable de la mort de 44 personnes âgées suite à l'évacuation d'un hôpital, rapporte Japan Today

En 2013, la justice japonaise avait jugé la plainte non recevable. C'est finalement une commission composée de citoyens qui a tranché. Le 26 février, elle a demandé la mise en examen des trois hommes. Cette décision est étayée par un rapport produit en 2009 évoquant un risque de tsunami de 15 mètres de haut. La direction de l'exploitant de la centrale n'aurait pas pris de mesures pour prévenir ce risque malgré les avertissements formulés dans le rapport.

Retrouvez notre reportage Voyage en terres irradiées.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle