Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Trois choses à retenir sur le projet BFR dévoilé par Elon Musk

Aurélie M'Bida , ,

Publié le

Le patron de SpaceX a donné moult précisions techniques quant à son projet Big Fucking Rocket (BFR) pour le transport spatial de passagers, à l'occasion d'une session de questions-réponses sur le site de micro-blogging Reddit.

Trois choses à retenir sur le projet BFR dévoilé par Elon Musk
SpaceX veut utiliser une navette spatiale réutilisable, BFR, pour aller sur Mars et relier les grandes villes de la Terre.
© SpaceX/Twitter

L'annonce était d'envergure : Paris reliée à New York en 30 minutes. Il convenait de la préciser. Fin septembre SpaceX a dévoilé "BFR", pour Big Fucking Rocket, une fusée capable de se rendre sur la Lune et sur Mars qui pourrait servir également à assurer des liaisons entre les grandes villes sur Terre. Cette annonce intervenue lors du congrès international astronautique d'Adelaïde en Australie, intervient dans un projet global incluant, outre la fusée, une base lunaire, des moyens pour produire du carburant sur Mars,… L'été dernier déjà, Elon Musk a esquissé les grandes lignes de son projet pour coloniser la planète rouge. Le milliardaire compte sur un premier décollage pour Mars en 2018. Les premiers vols habités, eux, doivent avoir lieu dès 2024. Au cours d'une session AMA (littéralement "ask me anything"), samedi 14 octobre, le californien a détaillé son projet qui repose sur un vaisseau spatial bien différent de la navette initiale.

Tour d'horizon du projet BFR:

1- Une fusée totalement repensée…qui ressemble (beaucoup) au SpaceLiner

SpaceX veut parcourir de grandes distances entre les grandes villes de la planète, en un temps record : 30 minutes maximum, grâce à sa navette spatiale réutilisable. La même – BFR -  qui ira sur la Lune et sur Mars. Une centaine de passagers seraient transportés à une vitesse maximale de plus de 25 000 km/h.

 

Fly to most places on Earth in under 30 mins and anywhere in under 60. Cost per seat should be about the same as full fare economy in an aircraft. Forgot to mention that.

Une publication partagée par Elon Musk (@elonmusk) le

Le projet de SpaceX ressemble beaucoup à un autre, le SpaceLiner, comme le relève 01net. L’agence de recherche aérospatiale allemande, la Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), a ravivé en 2015, un projet de vols suborbitaux avec passagers. Le projet avait été présenté pour la première fois il y a 10 ans. L’engin propulsé par des fusées dans l’espace suborbital, baptisé SpaceLiner, devait accueillir 100 personnes contre 50 initialement. Comme le projet de SpaceX, il ne pourra être utilisé que pour des trajets intercontinentaux (des vols qui prennent aujourd’hui entre 20 et 30 heures) et permettra par exemple de relier l’Europe à l’Australie en 90 minutes. Ce projet devrait voir le jour dans les 20 prochaines années.

 

2- La guerre est déclarée entre Big Fucking Rocket et Virgin Galactic

A peine quelques jours après le congrès d'Adelaïde, Richard Branson, le fondateur de Virgin Atlantic donné le top départ à une compétition avec Elon Musk. Il a déclaré : "Avec un peu de chance, nous sommes à environ trois mois d'aller dans l'espace, peut-être six mois avant d'être dans l'espace",  lors du forum Nordic Business qui s'est tenu à Helsinki (Finlande), rapporte Business Insider. Mais contrairement au patron californien, le magnat britannique veut se concentrer exclusivement sur la terre. Interrogé sur la question de savoir qui de lui ou de Musk atteindra Mars en premier, Richard Branson a été clair: il n'est pas aussi intéressé par la planète rouge que l'est le fondateur de SpaceX et de Tesla. Pour l'heure, Elon Musk n'a pas encore indiqué de délai quant au démarrage effectif de son plan.

3- Un objectif de planning avancé

Lors de la présentation en Australie au mois de septembre, Elon Musk avait annoncé que le premier vol habité pour Mars était avancé à 2022 (contre 2024 initialement, cf. supra). Un internaute a demandé au patron de SpaceX à l'occasion de la session de questions-réponses à quoi s'attendre d'ici 2022. Ce à quoi il a répondu que SpaceX effectuerait bien des tests avec le BFR, qu'il allait créer de nouvelles installations et testerait le propulseur, explique The Verge.

Il a également précisé que SpaceX commencerait par des vols courts de "quelques centaines de kilomètres d'altitude et de distance latérale", puis ensuite entamerait "à faire voler sa navette spatiale à la vitesse orbitale, qui aura besoin de tout ce qui précède".

Le BFR en vidéo:

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus