L'Usine Maroc

Trois banques marocaines en soutien des écosystèmes automobiles

, , , ,

Publié le

Attijariwafa bank, la Banque populaire et BMCE bank ont signé trois conventions de partenariat avec le ministère de l'Industrie et l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (AMICA). Objectif : accompagner le déploiement des écosystèmes automobiles.

Trois banques marocaines en soutien des écosystèmes automobiles © mice

Un renfort de choix. Les écosystèmes automobiles, chers au ministre marocain de l'industrie, Moulay Hafid Elalamy vont être épaulées dans leur développement par trois banques de premier plan, suite à la signature de trois conventions de partenariat avec l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (AMICA) a indiqué dans un communiqué daté du 14 juillet le ministère de l'industrie.

Attijariwafa bank, la Banque populaire et BMCE bank "proposent ainsi une offre de financement comprenant l'avance sur crédit de TVA (…), les différents types de financement en devises, le factoring pour accélérer le recouvrement des factures des sous-traitants, les financements en relais sur les subventions d'investissement et de formation" note le ministère.

90 000 nouveaux emplois

Moulay Hafid Elalamy pour sa part a notamment indiqué dans le communiqué que "la mise en œuvre des écosystèmes automobiles permettra de créer, à l’horizon 2020,  90 000 nouveaux emplois, de porter le chiffre d’affaires à l’export du secteur à 120 milliards de dirhams, et le taux d’intégration locale à 60%".

Pour rappel, quatre premiers écosystèmes ont été lancés à ce jour. Il s'agit de ceux des filières du câblage automobile, de l’intérieur véhicule et sièges, du métal-emboutissage et des batteries automobiles.

Dans son ensemble, l’implantation au Maroc de deux usines Renault-Nissan de carrosserie et de montage à Tanger et Casablanca a provoqué l’implantation de plus de 150 usines d’équipementiers, créé quelques 90 000 emplois et généré en 2014 quatre milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le secteur automobile est ainsi premier exportateur du royaume du Maroc.

L'arrivée de PSA à Kenitra en 2019 ne manquera pas de doper la région avec l'installation d'un écosystème semblable. Elle permettra également l'accélération du projet de création du port Kenitra Atlantique dont le coût global de l'infrastructure a été estimé à plus de deux milliards d'euros.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte