[Tribune] Un monde sans plastique est une illusion !

Pour Olivier Rolland, directeur exécutif de TWB, se concentrer sur l'élimination totale du plastique est une chimère : mieux vaut travailler à sa durabilité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Tribune] Un monde sans plastique est une illusion !

Ce chiffre a de quoi effrayer : l'homme a produit 9 milliards de tonnes de plastique, selon un rapport de l'ONU. Si rien ne change 12 milliards de tonnes de déchets plastiques s’accumuleront dans les décharges et l'environnement à l'horizon 2050. La réponse peut se trouver dans la nature mais vivre sans plastique reste à ce jour illusoire, le réel enjeu est la durabilité. Le défi est de trouver l’équilibre entre performance économique et écologique pour une fonctionnalité donnée. Telle est l’ambition des biotechnologies industrielles, dont la vocation est de remplacer les produits issus du pétrole par des solutions bio-sourcées.

Le difficile équilibre entre performance économique, écologique et fonctionnelle

WWF, première organisation mondiale de protection de l'environnement a publié récemment un rapport accablant sur la consommation de plastique : 8 millions de tonnes de plastique seraient déversées dans l'océan chaque année. Les effets néfastes de ce matériau sont constatés tant au niveau de sa production, qui requiert des réactifs chimiques, que de sa fin de vie, le plastique étant difficilement dégradable et recyclable et donc nocif pour l’environnement et les espèces. Aujourd’hui, les efforts des industriels se concentrent principalement sur la dégradation et le recyclage du plastique pour lui offrir une deuxième vie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Toutefois, le problème du plastique doit être pris dans sa globalité pour en comprendre tous les enjeux. En effet, derrière le mot ‘plastique’ se cache une multitude de matériaux différents avec des fonctionnalités et des applications diverses et variées. Issu de différents produits chimiques, ce matériau complexe est doté de propriétés bien spécifiques et souvent plus performantes que d’autres matériaux. Cette performance en termes de fonctionnalités et son faible coût en font ainsi un produit particulièrement intéressant. Dans l’industrie automobile par exemple, le recours au plastique, plus léger que le métal, engendre une perte de poids qui permet de réduire la consommation d’essence et donc l’impact environnemental. Côté sécurité, ses propriétés antichocs sont par ailleurs également imbattables. Dans l’industrie médicale, le plastique est également choisi par rapport à d’autres matériaux du fait de ses caractéristiques fonctionnelles adaptées : biocompatibilité, usage unique, innocuité, aseptisation dans le cadre d’actes chirurgicaux. Dans de nombreux cas, le plastique présente les meilleures propriétés… Il est ainsi illusoire de croire au ‘zéro plastique’.

Le principal enjeu consiste à trouver le meilleur équilibre entre performances économique, écologique et fonctionnelle du produit. L’objectif étant d’obtenir les mêmes propriétés au même coût afin que les solutions issues de procédés responsables soient économiquement viables.

Les biotechnologies industrielles : la voie vers un plastique durable

Les biotechnologies industrielles, qui s’appuient sur le vivant pour proposer des alternatives aux produits issus du fossile, ouvrent la voie vers cette transition. D’une part, les biotechs confèrent au plastique de nouvelles propriétés en termes de biodégradabilité permettant de régénérer ou réutiliser le plastique.

D’autre part, les biotechs permettent également d’utiliser des matières premières renouvelables (non issues du pétrole) afin de les transformer en plastiques selon des procédés éco-responsables. Une nouvelle génération de plastique, PLA, a ainsi été développée à partir de l’acide lactique issu de biomasse. D’autres sont en cours de développement et arrivent sur le marché notamment pour les fibres polyesters.

Plusieurs sociétés sont déjà positionnées sur ces créneaux telles que Carbios, qui produit les premières bouteilles en plastique à partir de déchets plastiques et Avantium, qui développe un nouveau plastique issu d’un processus utilisant l’amidon.

Au-delà du plastique, les biotechnologies ont un impact positif global sur l'environnement grâce à de nombreuses innovations dans divers secteurs. La tendance actuelle concerne la recherche de matériaux bio-sourcés en remplacement de matériaux d’origines animales/fossiles comme par exemple la fabrication de cuirs bio-synthétiques ou encore la soie synthétique obtenue par fermentation.

De façon réaliste, l’industrie s’oriente davantage vers un mix entre d’une part des plastiques issus de produits fossiles très difficilement remplaçables du fait de leurs propriétés fonctionnelles, environnementales et économiques, et d’autre part des plastiques biosourcés qui vont se développer progressivement en fonction des avancées en biologie industrielle.

Le temps de développement de nouveaux plastiques étant long (environ une dizaine d’années), la réglementation conditionnera les avancées dans ce domaine : seules des politiques d’incitation permettront la transition vers des plastiques plus durables, comme nous avons pu le constater sur un autre marché, celui des énergies renouvelables.

Olivier Rolland, directeur exécutif de la plate-forme Toulouse White Biotechnology

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la responsabilité de L'usine Nouvelle.

1 Commentaire

[Tribune] Un monde sans plastique est une illusion !

verdarié
03/06/2019 09h:57

Il ne s'agit pas de proscrire le plastique mais de lui donner une valeur pour qu'on évite de le retrouver dans la nature et ainsi devoir le faire sans compensation. Avoir des tonnes de plastique à recycler régulièrement peut aussi créer des opportunités économiques ?

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS