L'Usine Matières premières

[TRIBUNE] Rôle des data dans le secteur minier : la révolution est en cours

, ,

Publié le

Tribune Le rôle des données et, plus largement, du digital va grandissant dans le secteur des industries extractives dont elles vont devenir un pilier. Nous publions ici la première d'une longue série de chroniques de David Weber, expert industries extractives chez BearingPoint, sur ce sujet qui le passionne. A retrouver chaque lundi sur usinenouvelle.com.

Aide à la précision de la localisation de la ressource: comment, pourquoi ?

Dans le secteur extractif, l’exploration est le domaine qui recouvre le plus de noblesse et la part de risque la plus grande, à la hauteur des opportunités espérées. Pour le secteur minier, l’investissement de dizaines voire de centaines de millions d’euros pour affiner le potentiel supposé d’une propriété va dépendre de l’avis que le géologue en chef rendra. Les différentes observations surfaciques et/ou aériennes, les anomalies géologiques, géochimiques et magnétiques, connues ou supposées, ainsi que la continuité ou la rupture d’éléments probants seront autant d’aides à la décision pour engager une campagne de forage et cibler la ressource au plus près.

Les dernières décennies ont été propices au développement rapide de nouvelles technologies permettant l’acquisition de données jusqu’alors inaccessibles: des capteurs plus précis et capables de travailler dans des environnements hostiles - comme de fortes chaleurs, le très grand froid, ou des environnements magnétiques fortement perturbés - ont par exemple contribué à significativement augmenter la taille des bases de données. Si l’on comprend bien que toute information additionnelle collectée a potentiellement une valeur ajoutée dans son analyse, on s’étonnera que les nouvelles façons d’analyser ces mêmes données aient laissé les experts sur leur faim, en dépit de quelques succès d’estime sporadiques.

Deux freins

Cette difficulté à tirer le meilleur des données pour localiser de façon fine les gisements les plus prometteurs s'explique par deux raisons majeures : la nature des données elle-même, et les raisonnements mathématiques sous-jacents.

En effet, l’instrumentation remonte des données essentiellement numériques, auxquelles viennent parfois s’ajouter de la donnée texte comme des mentions de typologie de matériel ou catégorielles. Par nature, les données sont très souvent bruitées, c’est-à-dire qu'elles contiennent des aberrations. Il est également très fréquent que des données soient manquantes, réduisant les seules possibilités d’analyse à une sorte de ‘PPCM (plus petit commun multiple) des données’. Cette hétérogénéité est une complexité sur laquelle bute l’immense majorité des techniques d’analyse, à tout le moins dans leur dimension d’exhaustivité.

L’autre difficulté vient de la faible innovation sur ces  techniques, dans un milieu réputé, à juste titre, comme extrêmement conservateur et donc naturellement peu enclin à l’adoption d’idées nouvelles. Je parle bien ici d'adoption et non pas d’intérêt, chacun faisant bien la distinction entre ce qui procède de l’intention et de ce qui est de la réalisation. Par essence, l’exploration répond à des logiques de modèles, géostatistiques dans leur immense majorité, et qui cadrent plus ou moins bien avec le sujet étudié, pour les raisons citées précédemment.

La recherche idéale est donc celle d’un signal qui correspond à trois attributs : faible dans sa signature (pour identifier l’aiguille dans la botte de foin), exhaustif pour être certain de ne pas passer à côté et explicatif dans sa capacité à être démontré. Les réseaux de neurones, la logique floue et d’autres techniques du même genre sont restées circonscrites à un petit nombre d’acteurs et restent empruntes de suspicion car leur résultats ne sont pas vraiment démontrables voire faux, et leur emploi une affaire de spécialistes.

La juste évaluation des réserves: le Graal de l'industrie

La bonne évaluation d’une propriété est cruciale au regard du coût de l’exploration. Un chiffre illustre ce besoin d’optimisation du ciblage : un mètre de forage coûte au mieux entre 30 et 40 euros. Et une campagne exploratoire compte plusieurs dizaines, parfois plusieurs centaines de kilomètres. Chaque mètre économisé pour lever une incertitude est donc un gain net.

Objectiver l’expertise métier est une absolue nécessité pour un minier en phase amont, afin d’être au plus proche du niveau réel de la ressource, ne serait-ce que dans l’exercice vital d’une levée de fonds.

A l’autre bout de la chaîne, l’investisseur n’a qu’un objectif : faire de l’argent en minimisant son risque. Toute technologie novatrice qui permettrait d’objectiver les décisions répondant à cet objectif est un atout décisif, car les marges d’erreur des standards déclaratifs de réserves JORC et NI43-101 sont larges (+/- 20%). Chaque pourcent gagné vaut des millions en valorisation perdue ou gagnée.

Aujourd’hui, la promesse devient réalité.  Retrouvez-moi dans les prochaines chroniques pour voir comment cela a été rendu possible.

 

David WEBER, expert industries extractives au sein du cabinet BearingPoint, est féru de technologie et particulièrement de tout ce qui touche aux données. Au confluent de ces deux mondes, il conseille sociétés minières et gouvernements, du Canada au Niger, sur l’ensemble de l’écosystème. 

Il est par ailleurs auteur de nombreuses publications, rapports gouvernementaux et d’un ouvrage paru en 2012 sur le sujet des terres rares (www.terresrares.fr)

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte