Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Tribune] Pourquoi l’industrie doit miser sur les renouvelables et l’hydrogène vert

, , ,

Publié le

Tribune L’utilisation des énergies renouvelables, soit directement soit par le biais de la production d’hydrogène ou d’ammoniac "verts", sont des moyens crédibles pour aider l’industrie à réduire ses émissions de gaz effet de serre, selon Cédric Philibert, analyste à l’Agence internationale de l’Energie.

[Tribune] Pourquoi l’industrie doit miser sur les renouvelables et l’hydrogène vert © DR

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’industrie est l’un des défis les plus redoutables de la transition énergétique. L’usage des combustibles fossiles dans la production de ciment, de fer et d’acier, et de produits chimiques, entraînant des émissions de combustion, est particulièrement problématique. L’utilisation accrue des renouvelables est l’un des moyens de réduire les émissions de CO2 de l’industrie. Cette option est examinée en détail dans un nouveau rapport de l’Agence International de l’énergie, Renewable Energy for Industry.

La récente et rapide réduction des coûts du solaire photovoltaïque et de l’électricité éolienne peuvent en effet favoriser des moyens nouveaux de verdir l’industrie, soit directement par électrification ou au travers de la production de combustibles et de matières premières riches en hydrogène. De plus, l’électrification peut offrir un surcroît de flexibilité pour mieux intégrer de larges parts de renouvelables variables dans les réseaux électriques.

Des produits riches en hydrogène à partir d’EnR

Certaines régions sont particulièrement riches en ressources renouvelables bon marché, telles que l’Australie, la corne de l’Afrique, l’Afrique du sud, l’Afrique du Nord, le nord du Chile, le sud du Pérou et la Patagonie, ainsi que plusieurs régions en Chine et dans les grandes plaines des Etats-Unis d’Amériques. Les combustibles et produits riches en hydrogènes pourraient être produits dans ces régions et expédiées par bateau vers les grands centres de consommation, créant un nouveau type de commerce énergétique international.

Au-delà de la production pour les usages industriels actuels, l’hydrogène et l’ammoniac “verts” pourraient aussi réduire les émissions de CO2 de la sidérurgie. L’hydrogène et l’ammoniac pourraient servir de vecteurs énergétiques pour d’autres usages, notamment les fours industriels et les centrales électriques d’équilibrage. Des carburants alternatifs utilisables en l’état et nombre de produits chimiques pourraient également être produits en associant de l’hydrogène vert à du gaz carbonique capturé dans les fumées ou dans l’air ambiant.

Penser à la chaleur renouvelable

Pour déployer ces applications nouvelles de l’électricité éolienne et solaire aux niveaux actuels de production industrielle, il faudrait ajouter plusieurs térawatts (millions de mégawats) de capacités éolienne et solaire à celles qui ont déjà été incluses dans les scenarios à long terme d’atténuation des changements climatiques de l’AIE.

Au total, une combinaison d’électrification directe de certains procédés et l’utilisation de combustibles et de produits chimiques stockables fabriqués avec de l’hydrogène pourrait permettrait d’augmenter l’utilisation des énergies renouvelables dans l’industrie. Le rapport de l'IEA étudie aussi l’utilisation directe de la chaleur renouvelable, et notamment celle de la chaleur solaire dans les industries d’extraction.

Reste à définir les politiques et mesures qui pourraient promouvoir ces nouveaux usages des énergies renouvelables par l’industrie et éviter les distorsions de concurrence. Dans tous les cas, les grands acheteurs publics et privés pourraient dans les prochaines années jouer un rôle clé en facilitant le développement et le déploiement de procédés industriels plus propres basés sur les énergies renouvelables.  

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

28/12/2017 - 19h19 -

Vive la chaleur renouvelable. Concernant ces promesses d’affréter des supertankers au fioul pour écouler une production aux rendements infimes vu les matières (et CAPEX) mobilisées : aucun chiffre ? N'y a t il pas de meilleurs moyens d'allouer les investissement pour la décarbonation ? Les pompes à chaleur et Le nucléaire ? L'AIE semble bridée par ses financeurs. Le GISOC semble être plus pragmatique et prometteur.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/12/2017 - 15h56 -

Quand le tracteur passe à l'électrique, côté Allemagne. La France prise de court ? - http://www.automobile-propre.com/fendt-e100-vario-tracteur-electrique/
Répondre au commentaire
Nom profil

05/12/2017 - 10h51 -

Tiens j'ai l'impression de lire ce que j'écris depuis un certain nombre d'années ? Et si plutôt que d'aller ailleurs produire nos besoins, nous développions le stockage de masse énergétique ? Inventeur indépendant je propose depuis une dizaine d'années un système innovant qui pourrait répondre à toutes les questions que se pose l'auteur de cet article.Donc plutôt que d'aller chercher des solutions dans un monde aléatoire et changeant,pourquoi ne pas se rencontrer pour en discuter ? Ce serait peut être une belle façon de faire mentir le proverbe qui dit que " Nul n'est prophète en son pays !"
Répondre au commentaire
Nom profil

06/12/2017 - 11h11 -

Si c'est pour stocker l'électricité, avec leur excellent rendement, les STEP nécessitent deux fois moins de production d'électricité renouvelable, donc deux fois moins d'éoliennes et de photovoltaïque, qu'avec l'hydrogène et l'ammoniac, qui ne sont pas sans danger... Réduire drastiquement notre consommation d'énergies devient aussi indispensable... https://goo.gl/7d1Vvm
Répondre au commentaire
Nom profil

15/07/2018 - 13h41 -

Réduire drastiquement notre consommation d'énergies devient aussi indispensable... https://goo.gl/7d1Vvm ,Réponse: la réduction de la consommation d'énergie, aussi utile soit-elle pour le portefeuille des consommateurs (individuels, collectifs ou industriels) ne résout absolument pas la question du réchauffement climatique. En effet les économies réalisées ne servent en réalité qu'à déplacer l'argent vers une autre consommation qui va aussi participer au réchauffement global. La seule réponse intelligente est de produire de l'énergie "propre" et en quantité exponentielle, car aucun peuple ne souhaite renoncer au "confort" de la modernité. Reste à définir, mais ce n'est pas impossible, ce que c'est que de l'énergie " propre" en tenant compte de tous les paramètres de production ( par exemple l'énergie éolienne n'est pas si propre que ça quand on tient compte de la fabrication des dites éoliennes de leurs différents composants et de leur mise en oeuvre) Alain Servière
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle