[Tribune] Pourquoi l’industrie doit miser sur les renouvelables et l’hydrogène vert

L’utilisation des énergies renouvelables, soit directement soit par le biais de la production d’hydrogène ou d’ammoniac "verts", sont des moyens crédibles pour aider l’industrie à réduire ses émissions de gaz effet de serre, selon Cédric Philibert, analyste à l’Agence internationale de l’Energie.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Tribune] Pourquoi l’industrie doit miser sur les renouvelables et l’hydrogène vert

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’industrie est l’un des défis les plus redoutables de la transition énergétique. L’usage des combustibles fossiles dans la production de ciment, de fer et d’acier, et de produits chimiques, entraînant des émissions de combustion, est particulièrement problématique. L’utilisation accrue des renouvelables est l’un des moyens de réduire les émissions de CO2 de l’industrie. Cette option est examinée en détail dans un nouveau rapport de l’Agence International de l’énergie, Renewable Energy for Industry.

La récente et rapide réduction des coûts du solaire photovoltaïque et de l’électricité éolienne peuvent en effet favoriser des moyens nouveaux de verdir l’industrie, soit directement par électrification ou au travers de la production de combustibles et de matières premières riches en hydrogène. De plus, l’électrification peut offrir un surcroît de flexibilité pour mieux intégrer de larges parts de renouvelables variables dans les réseaux électriques.

Des produits riches en hydrogène à partir d’EnR

Certaines régions sont particulièrement riches en ressources renouvelables bon marché, telles que l’Australie, la corne de l’Afrique, l’Afrique du sud, l’Afrique du Nord, le nord du Chile, le sud du Pérou et la Patagonie, ainsi que plusieurs régions en Chine et dans les grandes plaines des Etats-Unis d’Amériques. Les combustibles et produits riches en hydrogènes pourraient être produits dans ces régions et expédiées par bateau vers les grands centres de consommation, créant un nouveau type de commerce énergétique international.

Au-delà de la production pour les usages industriels actuels, l’hydrogène et l’ammoniac “verts” pourraient aussi réduire les émissions de CO2 de la sidérurgie. L’hydrogène et l’ammoniac pourraient servir de vecteurs énergétiques pour d’autres usages, notamment les fours industriels et les centrales électriques d’équilibrage. Des carburants alternatifs utilisables en l’état et nombre de produits chimiques pourraient également être produits en associant de l’hydrogène vert à du gaz carbonique capturé dans les fumées ou dans l’air ambiant.

Penser à la chaleur renouvelable

Pour déployer ces applications nouvelles de l’électricité éolienne et solaire aux niveaux actuels de production industrielle, il faudrait ajouter plusieurs térawatts (millions de mégawats) de capacités éolienne et solaire à celles qui ont déjà été incluses dans les scenarios à long terme d’atténuation des changements climatiques de l’AIE.

Au total, une combinaison d’électrification directe de certains procédés et l’utilisation de combustibles et de produits chimiques stockables fabriqués avec de l’hydrogène pourrait permettrait d’augmenter l’utilisation des énergies renouvelables dans l’industrie. Le rapport de l'IEA étudie aussi l’utilisation directe de la chaleur renouvelable, et notamment celle de la chaleur solaire dans les industries d’extraction.

Reste à définir les politiques et mesures qui pourraient promouvoir ces nouveaux usages des énergies renouvelables par l’industrie et éviter les distorsions de concurrence. Dans tous les cas, les grands acheteurs publics et privés pourraient dans les prochaines années jouer un rôle clé en facilitant le développement et le déploiement de procédés industriels plus propres basés sur les énergies renouvelables.

5 Commentaires

[Tribune] Pourquoi l’industrie doit miser sur les renouvelables et l’hydrogène vert

verdarié
05/12/2017 10h:51

Tiens j'ai l'impression de lire ce que j'écris depuis un certain nombre d'années ? Et si plutôt que d'aller ailleurs produire nos besoins, nous développions le stockage de masse énergétique ? Inventeur indépendant je propose depuis une dizaine d'années un système innovant qui pourrait répondre à toutes les questions que se pose l'auteur de cet article.Donc plutôt que d'aller chercher des solutions dans un monde aléatoire et changeant,pourquoi ne pas se rencontrer pour en discuter ? Ce serait peut être une belle façon de faire mentir le proverbe qui dit que " Nul n'est prophète en son pays !"

Réagir à ce commentaire
Réaction(s)
Il faudrait voir plus loin
06/12/2017 11h:11

Si c'est pour stocker l'électricité, avec leur excellent rendement, les STEP nécessitent deux fois moins de production d'électricité renouvelable, donc deux fois moins d'éoliennes et de photovoltaïque, qu'avec l'hydrogène et l'ammoniac, qui ne sont pas sans danger... Réduire drastiquement notre consommation d'énergies devient aussi indispensable... https://goo.gl/7d1Vvm

Réagir à ce commentaire
Alain Serviere
15/07/2018 13h:41

Réduire drastiquement notre consommation d'énergies devient aussi indispensable... https://goo.gl/7d1Vvm ,Réponse: la réduction de la consommation d'énergie, aussi utile soit-elle pour le portefeuille des consommateurs (individuels, collectifs ou industriels) ne résout absolument pas la question du réchauffement climatique. En effet les économies réalisées ne servent en réalité qu'à déplacer l'argent vers une autre consommation qui va aussi participer au réchauffement global. La seule réponse intelligente est de produire de l'énergie "propre" et en quantité exponentielle, car aucun peuple ne souhaite renoncer au "confort" de la modernité. Reste à définir, mais ce n'est pas impossible, ce que c'est que de l'énergie " propre" en tenant compte de tous les paramètres de production ( par exemple l'énergie éolienne n'est pas si propre que ça quand on tient compte de la fabrication des dites éoliennes de leurs différents composants et de leur mise en oeuvre) Alain Servière

Réagir à ce commentaire
Jack Teste-Sert
10/12/2017 15h:56

Quand le tracteur passe à l'électrique, côté Allemagne. La France prise de court ? - http://www.automobile-propre.com/fendt-e100-vario-tracteur-electrique/

Réagir à ce commentaire
Nikopol
28/12/2017 19h:19

Vive la chaleur renouvelable. Concernant ces promesses d’affréter des supertankers au fioul pour écouler une production aux rendements infimes vu les matières (et CAPEX) mobilisées : aucun chiffre ? N'y a t il pas de meilleurs moyens d'allouer les investissement pour la décarbonation ? Les pompes à chaleur et Le nucléaire ? L'AIE semble bridée par ses financeurs. Le GISOC semble être plus pragmatique et prometteur.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS