[TRIBUNE] Pour la motorisation aéronautique, la priorité chinoise sera militaire

L’annonce début mars par le géant chinois Avic de la création d’un conglomérat chargé de produire des moteurs d’avions a été tout sauf une surprise. La Chine qui s’est déjà lancé dans l’assemblage d’avions comptait bien un jour à l’autre faire sauter le dernier verrou technologique aéronautique qui lui permettait de prétendre à des appareils 100% chinois. Mais cette ambition concerne au premier chef le secteur militaire, selon Jean-François Dufour, expert au sein du cabinet Montsalvy-Consulting.

Partager
[TRIBUNE] Pour la motorisation aéronautique, la priorité chinoise sera militaire

La formation du China Aircraft Engine Group, qui regroupera tous les acteurs importants de la motorisation aéronautique en Chine, vient de franchir un pas avec l’annonce de la nomination de ses deux principaux dirigeants. Alors que tous les regards sont tournés vers la motorisation du C919, l’avion de ligne développé par la Chine, le parcours de ses deux futurs patrons indique que la priorité de la nouvelle entité portera sur le secteur militaire.

Certes, le développement à terme d’une version à motorisation nationale est un objectif du programme C919, le moyen-courrier en cours de développement par la Comac (Commercial Aircraft Corp. of China), que le motoriste devra satisfaire. Mais le tandem de dirigeants qui vient d’être annoncé pour China Aircraft Engine, indique que la priorité sera donnée à la motorisation des avions de combat, sur le développement desquels le pays est nettement plus avancé – à l’exception, justement, de ce point faible stratégique.

Des parcours liés à la Défense

Le président annoncé pour China Aircraft Engine, Cao Jianguo, ne vient en effet pas de la holding AVIC (Aviation Corp. of China), qui chapeaute l’essentiel de l’aéronautique en Chine, ni de la CASC (China Aerospace Science & technology Corp.), spécialiste du domaine spatial par où étaient passés les dirigeants de Comac.

Il est transféré depuis la direction générale du troisième acteur majeur du secteur aéronautique en Chine, la Casic (China Aerospace Science and Industry corp.). Or la Casic, principal producteur de missiles de Chine, est un groupe essentiellement orienté vers la Défense.

Le Directeur général annoncé pour China Aircraft Engine, Li Fangyong, vient pour sa part du conglomérat AVIC, dont il occupait une vice-présidence. Mais le détail de son parcours renforce l’idée d’une priorité donnée à la motorisation militaire. Pendant sa carrière chez AVIC, Li Fangyong a en effet notamment été directeur général de Shenyang Aircraft, l’une des principales filiales du conglomérat, entre 1999 et 2007.

Soit l’époque où Shenyang Aircraft a produit le chasseur J11. Or ce dernier est un dérivé chinois du Sukhoi Su27 pour lequel les ingénieurs chinois ont réussi à se passer au bout de quelque temps de leur fournisseur russe… sauf pour les réacteurs.

Priorité sur le militaire

Confirmation de cette vulnérabilité stratégique, le premier chasseur entièrement développé par la Chine, le J10, entré en service en 2004, utilise le même réacteur russe que le J11. Alors que le pays est engagé aujourd’hui dans le développement de générations plus avancées d’appareils de combat, remédier à cette situation est clairement la priorité qui sera assignée à China Aircraft Engine.

Les chasseurs furtifs J20 et J31, qui ont fait leurs premiers vols en 2011 et 2012, sont probablement testés à la fois avec des réacteurs russes, et d’autres en cours de développement, de conception chinoise. La mise au point de ces derniers est une urgence, alors que l’entrée en service du J20 est prévue pour 2018.

Le C919, et les programmes de plus gros porteurs déjà prévus pour lui succéder, devraient également être l’objet de l’attention de China Aero Engine, mais avec un peu moins d’urgence. Cet appareil devrait certes faire son premier vol cette année. Mais comme tous les grands programmes aéronautiques civils, il est prévisible qu’il prenne du retard et l’objectif officiel d’une entrée en opérations en 2018 paraît peu réaliste.

Son prédécesseur l’ARJ21, qui doit entrer en opérations cette année également, avait fait son premier vol en 2008. Il a certes permis d’engranger une expérience qui servira au C919, mais le passage de huit à deux ans pour arriver à un appareil opérationnel paraît ambitieux. Si le nouveau motoriste national disposera donc certainement de quelques années de plus pour mettre au point une solution nationale pour l’aéronautique civile, la Force aérienne de l’Armée populaire de libération sera moins patiente.

Jean-François Dufour, expert au sein du cabinet Montsalvy-Consulting

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

1 Commentaire

[TRIBUNE] Pour la motorisation aéronautique, la priorité chinoise sera militaire

AirDeck
17/03/2016 16h:42

Les couts de maintenance sur le sol chinois sont marginaux, surtout dans le militaire.

Ce n'est plus compatible avec nos modèles économiques.

Un principe: "avant d'acheter chinois, regardez d'abord ce que eux achètent" (de l'outillage allemand, etc.)

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS