[Tribune] Oui, le radiateur électrique peut aussi sauver le climat…

Pour Éric Baudry, le président de la commission thermique du Gifam – le Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager –, le recours systémique à la pompe à chaleur pour le chauffage des maisons individuelles ne peut être l'alpha et l'oméga de la politique énergétique française. Il milite pour que l'on n'oublie pas le radiateur électrique. Pas le bon vieux "grille-pain" bien sûr, mais un radiateur électrique de dernière génération, connecté et qui dispose d'un panel de fonctionnalités intelligentes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Tribune] Oui, le radiateur électrique peut aussi sauver le climat…
Ce radiateur est aussi un objet politique.

L’utilisation des combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) est à l’origine des émissions de CO2, responsables du changement climatique. Récemment, des annonces encourageantes ont été faites pour lutter contre ce phénomène et ses conséquences préjudiciables pour la planète :

  • Joe Biden, le président des États-Unis, a réitéré de nouveaux objectifs de réduction des gaz à effet de serre de 50 % à 52 % d’ici à 2030 par rapport à 2005 ;
  • la Chine s’est déjà engagée à réduire ses émissions de CO2 avant 2030, pour parvenir en 2060 à la neutralité carbone, c’est-à-dire d’en absorber autant que d’en émettre ;
  • le Canada, le Japon et le Royaume-Uni vont renforcer leurs objectifs pour faire encore mieux que leurs engagements précédents ;
  • l’Europe, quant à elle, vient de parvenir à un nouvel accord entre eurodéputés et États-membres pour réduire ses émissions de CO2 d’au moins 55 % d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

Et la France dans tout cela ? Le Premier ministre, Jean Castex, déclarait en juillet dernier vouloir « faire de l’économie française la plus décarbonée d’Europe ». Aujourd’hui, aussi surprenant que cela puisse paraître, le gouvernement s’apprête à autoriser au-delà de 2024 la poursuite d’utilisation du gaz pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire dans les futurs logements collectifs ! Cela équivaut, compte tenu de la durée de vie moyenne des bâtiments, à accorder un droit à émettre du CO2, a minima, pour les 50 prochaines années.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Incohérence direz-vous ? Non. Cette autorisation apparaît bel et bien dans la prochaine réglementation environnementale dite « RE 2020 ». Elle devrait d’ailleurs être entérinée dans les prochains jours pour une application prévue le 1er?janvier 2022 pour toute nouvelle construction d’un bâtiment dans notre pays.

Une autre solution existe

Comment en sommes-nous arrivés là ? Le projet RE 2020 prévoit le recours à la pompe à chaleur (PAC) comme solution systématique de chauffage électrique pour les nouvelles maisons individuelles. Pour le logement collectif, les pouvoirs publics ont considéré que les autres solutions bas carbone « devaient encore se développer à grande échelle afin de permettre à la filière de s’approprier les conceptions qui accompagnent ce changement » et donc de poursuivre l’installation d’équipements utilisant des énergies fossiles.

Pourtant, une autre solution électrique bas carbone existe ! Le radiateur électrique de dernière génération, une solution développée et fabriquée en France. N’en déplaise à ses détracteurs, qui s’évertuent à le qualifier de « grille-pain », cet appareil dispose aujourd’hui d’un panel de fonctionnalités intelligentes particulièrement efficaces (connecté, doté d’un thermostat électronique, d’une programmation, de dispositifs automatiques de reconnaissance d’ouverture d’une fenêtre ou simplement de présence humaine) qui répondent aux objectifs de confort, de maîtrise des dépenses et de réduction des émissions de CO2. Il est aussi éloigné du convecteur des années 1970 que la R16 peut l’être du dernier modèle automobile de Renault.

Chauffage principal ou d’appoint

Résultat d’années d’investissements et de R&D de l’industrie française, dont font partie des start-up encouragées et soutenues par l’État, cet appareil est parfaitement adapté en termes de consommation d’électricité aux bâtiments des années 2010, ces derniers étant pourvus obligatoirement d’une très bonne isolation thermique. Il ne pourrait donc en être autrement dans les futurs bâtiments neufs RE 2020 dont l’isolation thermique sera encore renforcée.

Quant à la « pointe » de consommation d’électricité qui peut survenir en période de grand froid, autre argument parfois mis en avant par les détracteurs du radiateur électrique, il convient de distinguer le radiateur électrique utilisé comme moyen de chauffage principal, correctement dimensionné et installé dans des logements dotés d’une bonne isolation thermique, du chauffage électrique d’appoint utilisé pour suppléer toute installation de chauffage utilisant des énergies fossiles gaz ou fioul insuffisante dans des logements mal isolés. C’est cette dernière configuration qui contribue à la pointe, pas la première.

Des solutions existent. La France a, elle aussi, les moyens d’une politique ambitieuse. Pourquoi s’en priver ?

Éric Baudry, président de la commission thermique du Gifam

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS