L'Usine Santé

[Tribune] Les manipulations anxiogènes des chiffres de la COVID-19

Publié le

Tribune Fort de quarante ans d'expertise dans l'aérospatial, Rodolphe Krawczyk tient le blog sur la gestion des projets complexes sur le site de L'Usine Nouvelle. Il a exceptionnellement souhaité s'écarter de son champ "traditionnel" de compétences pour revenir sur le traitement de la crise Covid-19... à travers le prisme des mathématiques.

[Tribune] Les manipulations anxiogènes des chiffres de la COVID-19 © Photo by United Nations COVID-19 Response on Unsplash

Les grands-prêtres de l'information anxiogène sur la Covid-19 devraient éviter d'interpréter de façon pseudo-mathématique les données journalières sur la pandémie en France, ils prennent le risque de se ridiculiser…

Comme tout un chacun, j'écoute de façon régulière les informations sur la progression de la Covid-19 (1), tout en essayant (ce qui n'est pas facile compte tenu de la pression médiatique) d'avoir suffisamment de recul pour ne pas tomber dans le piège de l'angoisse incontrôlable. Pour cela, depuis plusieurs semaines, je note dans un fichier Excel, chaque jour, le nombre de nouveaux cas détectés et le nombre de nouveaux décès dus au Coronavirus dans notre pays, et l'affirmation réitérée la semaine dernière d'une croissance "exponentielle" du nombre de cas m'a laissé pantois… (et irrité…).

Quand on regarde les chiffres disponibles sur de nombreux sites, que constate-t-on ?

Les nombres de nouveaux cas (arrondis au millier) montrent effectivement, après plusieurs jours à 3 000 cas, un passage à 5 000 cas pendant deux jours, puis des augmentations un peu plus fortes certains jours (typiquement de 5 000 à 6 000, puis de 6 000 à 7 000, puis une baisse à 5 000, puis une remontée à 7 000, enfin 9 000 samedi 5 septembre). N'oublions pas que, depuis que les tests sont disponibles, les laboratoires ont du mal à faire face à la demande: plus de gens demanderont à se faire tester, plus on détectera de cas… (7 000 cas représentent environ 1/10000° de la population…).
Cette progression n'a mathématiquement rien à voir avec une exponentielle, qui est la fonction ex, bien connue de ceux qui ont quelques connaissances mathématiques (sans aller jusqu'à la Rue d'Ulm…) : si l'on prend un nombre N, une croissance exponentielle signifie qu'un jour plus tard, N est devenu 2.7N, deux jours plus tard 7.4N, trois jours plus tard 20N, etc… Avec les chiffres donnés plus haut, on en est vraiment loin !!!
Les journalistes devraient donc prendre garde à manier certains vocables avec prudence : soit ils ne comprennent rien aux maths et dans ce cas, ils devraient avoir la pudeur de ne pas recourir à un langage qu'ils ne maîtrisent pas, soit ils comprennent ce dont ils parlent et… ils mentent délibérément ! Pourquoi ?
• Parce que finalement, peu de gens ont fait suffisamment d'études, notamment mathématiques, pour appréhender la notion d'exponentielle: mais le mot, pour un profane, fait inévitablement penser à explosion, et pour qui ne vérifie pas les chiffres, le message est propulsé comme un missile avec sa forte charge d'inquiétude…
Pour conclure sur ce premier point, n'oublions pas le paradoxe de Simpson qui montre que l'interprétation de données statistiques peut entraîner des décisions contradictoires si ces données sont interprétées de façon partielle et hors de leur contexte… Et avec la Covid-19, on y est ! Car en publiant le nombre de nouveaux cas journaliers, on escamote la plupart du temps le fait que ces cas sont beaucoup moins graves que les premiers parce que le virus a muté et a compris que pour survivre, mieux vaut ne pas déclencher de morts rapidement.
Enfin, quand on annonce d'une voix funèbre qu'il y a eu encore 20 morts, on se garde bien de relativiser avec, par exemple, la grippe, car 20 morts par jour, c'est moins sur un an que les morts dus à la grippe…

Il ne s'agit pas de minimiser la gravité de la situation: mais que cherche-t-on en "en rajoutant" ainsi ? A l'heure où l'on traite les patients par l'oxygénation, on essaie manifestement de briser le moral de la population par l'anxiogénation…

(1) J'utilise le genre officialisé par l'Académie Française, qui a malheureusement fait preuve dans sa logique grammaticale d'un machisme étonnamment non dénoncé par les mouvements féministes, et c'est bien dommage…

 

Rodolphe Krawczyk, ingénieur dans l'aérospatial

Les avis d'experts sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs et n'engagent pas la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte