Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Tribune] Les industriels de l'aéronautique préparent déjà le futur

, ,

Publié le

Ce n’est pas parce que tout va bien aujourd’hui qu’il ne faut pas préparer le futur! C'est en résumé ce que pense Sébastien Maire est associé, responsable aéronautique, défense et espace chez Oliver Wyman. Il dresse un tour d'horizon des défis qui attendent les industriels de l'aéronautique, du développement des services aux montées en cadence de production, en passant par les ressources humaines.

[Tribune] Les industriels de l'aéronautique préparent déjà le futur © D.R. Thales

Encore une année record ! L’insolente croissance du secteur de l’aéronautique, de l’espace et de la défense ne se dément pas. Malgré des conditions économiques, sociales,  politiques et énergétiques incertaines, le secteur se targue d’environ 5 années de commandes en portefeuille, et un book-to-bill (commande sur production) supérieur à 1 depuis plus de vingt années consécutives. Du jamais vu !

La croissance du transport aérien et son retour à la rentabilité, l’explosion de la génération de données ou encore le besoin grandissant pour la sécurité des biens et des personnes sont des faits générateurs de cette bonne santé. Car l’industrie dans son ensemble a su créer les conditions favorables à son essor durable.

L’innovation est un facteur essentiel de ce succès. Les industriels redoublent d’efforts pour améliorer les produits et le service aux utilisateurs, de manière incrémentale, et ouvrent aussi de nouveaux territoires en s’appuyant sur les nouvelles technologies. GE propose ainsi des solutions avancées de suivi de d’amélioration de la performance. NavBlue offre des solutions d’aide à l’atterrissage, gages de sécurité et génératrices d’économies.

Les avions commerciaux se dotent de nouvelles fonctionnalités avec des investissements réduits (aménagements de cabine, appendices de voilure, biocarburants, optimisation de routes…) ; mais aussi des mouvements en rupture qui mettent en scène des scénarios complètement nouveaux comme par exemple des constellations de satellites légers en orbite basse, tout comme OneWeb, ou encore l’arrivée combinée de l’Aircraft Health Monitoring et de la maintenance prédictive.

recherche d'une plus grande rentabilité

D’autres champs sont en pleine investigation, et les paris nombreux, comme par exemple la propulsion électrique, l’utilisation étendue des « data » ou encore l’extension de l’usage des drones aux missions multiples dans le domaine de la sécurité et des applications civiles. EasyJet a recours à des drones pour des opérations de contrôle au sol, ou Airbus pour des contrôles de peinture du fuselage.

La recherche de l’optimisation de la performance est également un sujet qui a animé le secteur cette année. A l’initiative des constructeurs qui ont besoin de développer des produits plus matures, plus rapidement et pour un moindre coût. Ou bien également à la demande pressante des opérateurs qui recherchent un coût total de possession toujours plus bas.

Dans le premier cas, depuis environ une décennie, la tenue des engagements de performance et de délais de livraison des produits a pris une importance capitale, comme dans bien d’autres secteurs industriels. La pression sur la tenue des cadences de montée en production des nouveaux produits a été constante et ne se relâche pas : les fabricants redoublent d’attention à tenir strictement tous les jalons, et les fournisseurs apprennent à se conformer aux demandes inhérentes à ces exigences. On a vu au cours de cette dernière année émerger des acteurs forts, alors que d’autres poursuivent leur transformation.

Dans le second cas, les clients se montrent  en quête de solutions nouvelles et innovantes pour améliorer la performance et la rentabilité de l’exploitation des produits. En réponse, les produits font l’objet d’améliorations incrémentales. Mais la demande se situe également au niveau du service : on voit s’accélérer l’émergence de nouveaux services visant à aider les clients à tirer le meilleur parti de leurs produits.

Les fabricants entrent ainsi avec détermination dans le monde du service. Les acteurs historiques (MRO), indépendants ou émanant des clients, voient ainsi leurs territoires contraints par le regain d’intérêt des fabricants, motivés par des revenus à temps long, et la préservation de la relation intime avec les clients. Les nouvelles technologies, comme les matériaux à base de composite ou l’électrification grandissante, sont aussi l’occasion de redistribuer les cartes, mais le combat est âpre.

les ressources humaines, l'autre défi

Enfin, le travail de fond, mondial,  sur l’attractivité de la filière auprès des jeunes a permis d’attirer de nouveaux flux de talents et la carence critique pour des talents au profile technique se résorbe progressivement.  Les nombreux partenariats, de multiples natures, mêlant souvent opérateurs et/ou fabricants, offrent une formation technique adaptée, notamment dans les régions où les compétences techniques au sol et de personnel naviguant faisaient défaut. Airbus et Singapore Airlines ont ouvert l’Airbus Asia Training Centre (AATC) au début de cette année.

A voir aussi comme un signe de bonne santé et de maturité, les nombreuses opérations de réalignement stratégique du secteur. Les grands groupes européens et américains ont mené des opérations d’envergure de cession et de recentrage stratégique. Dans certains cas, les alliances ont été constituées pour répondre aux exigences de leur client. Les dirigeants ont aussi décidé de faire converger visuellement ou par le nom les marques de leur Groupe.

L’ensemble de ces changements, marque  l’entrée dans une nouvelle ère. De manière caricaturale, le secteur quitte le stade d’artisanat  d’excellence : désormais le secteur jouit d’une image enviée par les autres industries, celle de l’excellence industrielle du produit et du service.

Sébastien Maire est associé, responsable aéronautique, défense et espace chez Oliver Wyman.

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle