[Avis d'expert] Le TGV du futur remet le voyageur au centre du train

Au-delà des considérations de performances techniques et de coûts, le TGV du futur ou TGV 2020 est un catalyseur d’innovations au service du voyageur. Timothé Delorme, consultant senior chez IAC, cabinet de conseil spécialisé dans l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles, a participé au projet.

Partager
[Avis d'expert] Le TGV du futur remet le voyageur au centre du train
Le TGV du futur

L’explosion du numérique, les possibilités du big data et les évolutions de comportement des consommateurs ont entraîné une mutation de la mobilité. Le voyageur souhaite désormais avoir de la visibilité sur l’ensemble de son parcours et une continuité d’expérience. Il ne choisit plus un mode de transport mais un service "porte-à-porte".

La part du train dans les déplacements perd du terrain au profit notamment du covoiturage, des autocars longue distance et même de l’avion. Le train subit ainsi une baisse moyenne de trafic de 0,5 % par an depuis 2011, contre 14% de hausse sur la même période pour les bus et cars selon l’Arafer (l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières). Malgré les efforts tarifaires avec les TGV Low-Cost et l’abonnement illimité TGV, le nombre de passagers dans les TGV stagne.

SNCF et Alstom ont ainsi décidé de mettre en place un partenariat d’innovation en 2016 afin de travailler ensemble à l’élaboration du TGV de 5ème génération, instrument de conquête dans un marché européen ouvert à la concurrence.
Face aux futurs compétiteurs, rouler à 320 km/h ne suffit plus. Le TGV du futur fait une promesse au voyageur qu’il doit honorer. Ainsi au-delà d’être utile à la performance technique et à l’exploitation, l’innovation doit servir l’expérience voyageur durant les prochaines 25 à 30 années de service programmé.


Un train modulaire au service de l’exploitation

Qui peut prévoir quels seront nos usages dans le train en 2030, 2040 ou 2050 ? Qui peut prévoir les innovations de demain ? Et par conséquent, quelles solutions retenir ? Les fonctions différenciantes d’aujourd’hui seront pour certaines les fonctions de base de demain, alors que d’autres deviendront plus ou moins rapidement obsolètes.
L’innovation majeure apportée par le "TGV du futur" d’Alstom est de proposer un tube technique simplifié qui permettra de modifier de façon agile les aménagements intérieurs, à l’image d’une salle de spectacle.

Au-delà du fait de répondre à la diversité des usages, cette flexibilité offre une nouvelle capacité pour intégrer de l’innovation. La nouvelle plateforme permettra ainsi à l’ensemble des parties prenantes d’évaluer et de valider à coût maîtrisé de nouveaux aménagements sur des zones dédiées, avant de les déployer sur l’ensemble des rames.


Replacer l’expérience des usagers au centre du voyage

Nous l’avons vu précédemment, le train n’est généralement qu’une étape d’un parcours voyageur intermodal. Il se doit donc d’offrir à minima le même niveau d’expérience que les autres modes de transports utilisés, en proposant confort, propreté, et connectivité.
Le TGV du futur d’Alstom intègre d’ores et déjà de nouvelles solutions pour la réduction du bruit, la gestion des ambiances lumineuses, des températures des voitures, des espaces dédiés aux conversations téléphoniques ou de nouvelles solutions de réseaux.

Pour aller plus loin, et déclencher l’envie de prendre le train plutôt qu’un autre mode de transport, le TGV du futur se doit de transformer le voyageur en acteur du train pour tester lui-même des innovations et valider leur valeur avant de les déployer. Ce ne seront plus les ingénieurs qui feront les choix seuls, mais les usagers qui valideront les innovations proposées.
Le TGV du futur sera évolutif et centré sur l’expérience vécue par les usagers. La SNCF, c’est certain, a d’ores et déjà saisi l’opportunité offerte pour imaginer de nouveaux Business Models, rendus possibles par l’architecture modulable et les innovations embarquées. Nous pouvons imaginer l’émergence rapide d’un nouvel écosystème d’entreprises et de services "à la carte" autour du TGV.

Le TGV 5ème génération, fruit de la collaboration Alstom-SNCF, se donne donc les moyens de conserver un avantage compétitif durable, en alliant une belle ingénierie et un voyageur placé au centre des choix techniques.

Timothé Delorme, consultant senior chez IAC

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS