Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

[Tribune] La longévité économique d’une entreprise est indissociable de ses responsabilités sociales et environnementales

, ,

Publié le

Tribune Pour Razat Gaurav, Chief Executive Officier de Llamsoft, une entreprise qui s'intéresse à la supply chain, estime que la supply chain doit devenir durable.

[Tribune] La longévité économique d’une entreprise est indissociable de ses responsabilités sociales et environnementales

La température moyenne des surfaces émergées de la Terre a augmenté de près de 1°C au cours des 50 dernières années en raison de l'activité humaine. Aux Nations Unies, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a alerté les décideurs politiques du risque élevé de changement climatique catastrophique si le réchauffement ne se limitait pas 1,5 °C. L’inaction en matière de développement durable peut être dévastatrice.

Le développement durable, un impératif tant humain que commercial

Comme l’a souligné l’initiative en matière de développement durable « Plan A » de Marks & Spencer, il n’existe vraiment pas de Plan B. Bien évidemment, le développement durable ne se limite pas au changement climatique. Le développement durable des entreprises est souvent défini comme la gestion d'un triple bilan de risques, d'obligations et d'opportunités financières, sociales et environnementales, parfois appelé « les profits, les personnes et la planète ».

En 2013, l’horrible incendie qui s’est déclaré dans l’usine Rana Plaza a coûté la vie à 1138 personnes, ce qui a incité le grand public à s'interroger sur le coût réel de la mode éphémère (fast fashion). Cette prise de conscience a poussé des dizaines de marques, dont le Bon Marché, Matalan et Primark, à signer une nouvelle convention juridiquement contraignante portant sur la sécurité des travailleurs.

D’une importance aussi capitale, la série TV Blue Planet II de la BBC, qui a marqué le début de l’abandon des plastiques à usage unique, présente au monde les effets choquants du déversement de 12,7 tonnes de produits en plastique jetables dans nos océans.

Ces événements très médiatisés ont clairement inscrit le développement durable dans la conscience du grand public, ce qui son tour, influence le comportement des consommateurs.

Une étude réalisée par Unilever a révélé que 33% des personnes interrogées achetaient volontairement des marques qui, pour eux étaient bénéfiques pour l’environnement ou la société, tandis que 21% ont déclaré qu’elles seraient plus enclines à choisir des marques qui mentionnent clairement leurs références en matière de développement durable sur leur emballage ou dans leurs campagnes de marketing.

Le développement durable est un impératif tant humain que commercial, et les entreprises qui l'ignorent ou qui simplement se contentent de belles paroles courent le risque que leur réputation soit atteinte de manière irrémédiable.

Un équilibre complexe entre supply chain durable et supply chain rentable

Le cabinet de conseil McKinsey* estime que plus de 90% de l'impact environnemental des entreprises provient de leurs supply chains. Une enquête mondiale menée par Economist Intelligence Unit** auprès de décideurs de la supply chain révèle que les performances économiques constituent la priorité numéro un de la plupart des entreprises en termes de durabilité. Cependant, lorsqu’on leur demande directement ce qui, de la rentabilité ou de la durabilité, prévaut, 60 % accordent la même importance à ces deux objectifs, 25 % penchant pour la durabilité.

Toutefois, bien que des entreprises puissent prendre des dizaines de mesures pour alléger leur supply chain et la rendre plus écologique, l’identification des meilleures solutions de rechange est loin d’être évidente pour des entreprises comptant potentiellement des centaines de fournisseurs, des milliers de produits et des millions de clients.

Fort heureusement, une activité économique se fondant sur le développement durable est généralement synonyme d’un commerce économiquement rentable. De même, le fait de s'attirer les faveurs des consommateurs, d'éliminer des déchets et des émissions de la chaîne logistique va généralement de pair avec des gains de productivité, ce qui améliore le résultat financier net.

Dans ces chaînes d'approvisionnement à l’échelle mondiale extrêmement complexes, les solutions les plus évidentes peuvent ne pas être les meilleures, une amélioration légère dans un domaine entraînant souvent des coûts disproportionnés et un gaspillage dans un autre.

La prise des bonnes décisions, tout en tenant compte des compromis et des contraintes, nécessite à la fois une vue d'ensemble de la supply chain considérée dans sa globalité et une compréhension granulaire des flux de produits, des actifs, des clients et des mécanismes par lesquels leurs besoins sont satisfaits. Pour y parvenir, de nombreuses organisations mondiales se tournent vers la technologie pour créer des « jumeaux numériques » de leur supply chain du monde réel. Cela offre un environnement sans risque permettant de tester une infinité de scénarios, depuis les scénarios les plus prévisibles jusqu’aux scénarios les plus improbables.

Cette approche facilite la prise de décision qui se fonde sur des données factuelles et permet aux entreprises de se lancer dans des programmes d'optimisation de la chaîne logistique et de transformation stratégique en étant sûr que les changements apportés produiront les résultats souhaités et attendus.

La planète se trouve à un moment crucial. D’aucuns estiment qu’il ne nous reste que 12 années pour limiter une catastrophe liée au changement climatique. Cela ne va pas « simplement se produire ». Cela nécessitera un changement radical dans notre façon de penser, de vivre et de faire du commerce. La réinvention de la supply chain constituera un élément crucial de cette transition.

 

* Etude McKinsey https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability-and-resource-productivity/our-insights/starting-at-the-source-sustainability-in-supply-chains

** Etude Economist Intelligence Unit / Llamasoft http://www2.llamasoft.com/l/38272/2019-01-17/8rywg7/38272/187278/FR_Llamasoft_Report___Report_PR_WEB.pdf

 

Par Razat Gaurav, Chief Executive Officer, LLamasoft, Inc.

Razat Gaurav est CEO de LLamasoft depuis avril 2018. Avant cela, Razat a accumulé plus de 20 ans d'expérience dans la planification et l’exécution de la supply chain, en occupant plusieurs postes de direction dans des entreprises telle que JDA Software, i2 Technologies et Ernst & Young (EY).

Les avis d'experts sont écrits sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle