Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Tribune] Il est urgent de mettre l’industrie aéronautique à niveau

, ,

Publié le

Tribune de l'aéro Loin derrière l’automobile, l’aéronautique doit encore améliorer ses performances industrielles. Un constat émis par Ludovic Ott, co-fondateur de Géolean, cabinet de conseil spécialisé dans le lean management. Les gains de productivité à la clé sont d’autant plus nécessaires que la concurrence internationale s’aiguise.

[Tribune] Il est urgent de mettre l’industrie aéronautique à niveau © Airbus - c.c

Le premier vol, le 5 mai dernier, d’un avion moyen-courrier de fabrication chinoise a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le ciel aéronautique mondial. Même si le chemin restant à parcourir jusqu’à son entrée en service - prévue en 2020 ou 2021 - peut paraître encore long, le signal est clair. Après des années de quasi-monopole sur le marché mondial de l’aéronautique, Européens et Américains vont devoir faire face à un nouveau concurrent qui préfigure sans doute l’arrivée d’autres acteurs en provenance d’autres pays émergents, l’Inde et la Chine notamment.

Il est donc intéressant de se pencher à cette occasion sur le degré de compétitivité de l’industrie aéronautique, l’un des fleurons de l’industrie française et européenne, et sa capacité à se confronter à une concurrence « low cost ». Premier constat : l’industrie aéronautique n’a pas attendu l’arrivée de cette nouvelle concurrence pour entamer un effort de réorganisation basé sur les principes du Lean, mode d’organisation élaboré par le constructeur automobile Toyota et unanimement reconnu à travers le monde comme étant le plus efficace en termes de performance industrielle.

Mais un second constat s’impose aussitôt : l’aéronautique s’est arrêté à mi-chemin, peut-être faute d’une pression suffisante. Or, celle-ci désormais arrive. Concrètement, cela signifie que les industriels de l’aéronautique affichent une performance inférieure à celle des industriels de l’automobile en termes de de productivité. Le temps de fabrication des avions, notamment, reste trop long, les coûts et la supply chain non compétitifs. Bien sûr, ce diagnostic s’applique à des degrés divers, certains acteurs affichant des performances nettement supérieures à d’autres.

La supply chain aéronautique, des ressources insoupçonnées

Où se situe le retard dans l’aéronautique ? Contrairement à l’automobile qui a énormément professionnalisé l’ensemble de la chaîne de sous-traitance, l’aéronautique souffre encore d’une supply chain insuffisamment performante. Certes, les gros ensembliers ont réorganisé leur production, mais le tissu de sous-traitants est encore, par bien des aspects, artisanal.

Les fournisseurs de rangs 2 et 3 ne sont souvent pas au niveau en matière de production et leur faiblesse finit par pénaliser les donneurs d’ordre allongeant la durée de production des avions. Un comble lorsqu’on sait que l’aéronautique est justement un secteur qui bénéficie d’une excellente visibilité en termes de production avec des plans de charge connus très en amont. Le tissu industriel doit, par conséquent, s’adapter comme dans l’automobile. C’est l’un des grands principes du Lean.

Des gains de productivité de l'ordre de 30 à 40%

Attention, toutefois, aux fausses bonnes idées. On assiste en effet à l’installation de plateformes logistiques automatisées en espérant que cette robotisation va suppléer aux problèmes organisationnels. Cela peut effectivement réduire les manquants mais à un prix prohibitif qui annule les gains de performance. Il serait préférable de tirer les leçons de 30 ans d’amélioration de l’organisation de la supply chain dans l’automobile.

La production présente également un potentiel d’amélioration conséquent. Dans l’aéronautique, la flexibilité des lignes n’est pas encore répandue. Alors que dans l’automobile, tous les constructeurs se font fort de produire plusieurs véhicules sur la même ligne, ce n’est pas encore un objectif des industriels de l’aéronautique.

Une meilleure organisation industrielle Lean devrait permettre des gains de productivité de l’ordre de 30 à 40 %. Le temps de traversé d’un avion pourrait être amélioré de 50 à 60 %. Ce bond potentiel de la performance industrielle aurait un impact direct sur le coût de l’avion et donc la position concurrentielle de nos industries. La mise à niveau de l’industrie aéronautique presse. La concurrence arrive…

Ludovic Ott est cofondateur de Géolean, cabinet de conseil spécialisé dans le lean management.

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

14/09/2017 - 15h04 -

"Et si vous le souhaitez, ma société propose de former vos cadres et de vous accompagner dans votre démarche." Comparer l'industrie aéro à l'automobile est juste débile en terme de contraintes, typiquement la sureté de fonctionnement. Cette contrainte a nécessairement des impacts forts sur la fabrication et donc sur la chaine d'approvisionnement. On peut améliorer les choses mais parler de gains de productivité de l'ordre de 50% est juste du grand n'importe quoi, spécifiquement quand on semble ignorer les contraintes industrielles. Déjà si on a 5%, c'est énorme. Bref, ce papier est de la pub qui passe à côté.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/10/2017 - 11h14 -

Ingénieur en GPAO je ne peux qu'être d'accord avec les internautes qui ont raison de dire que c'est débile. L'aviation doit conserver une un priorité absolue pour la fiabilité...et le conseilleur monsieur Ott mais pas payeur...n'a qu'un exemple dans l'industrie automobile à citer...Toyota ! Le reste et les "mauvaises pratiques de fabrication" sont ce qui a de plus courant dans l'automobile! Serai-t-il acceptable que les avionneurs créent un parking pour les avions en fin d'assemblage qui doivent être repris pour défauts constatés, comme il est extrêmement courant dans l'automobile et plus les parkings sont pleins plus ont voit la capacité de beaucoup de constructeurs à faire de la fiabilité et de la qualité! Toyota est le seul dans l'industrie auto à faire des véhicules fiables, et ceci juste dans les gammes hybrides!
Répondre au commentaire
Nom profil

13/09/2017 - 11h36 -

Bonjour, Il est clair que l'on peut toujours améliorer les choses . Maintenant, quand vous dites que le Lean s'est arrété en cours de route dans l'industrie aéronautique, il faudrait se poser la question du pourquoi avant de proposer des actions sur le modèle automobile. Ce que l'on peut déployer dans une industrie doit être adapter dans d'autres. Assembler un puzzle de la taille d'un avion n'est pas construire une voiture . Même si la voiture est très complexe, un avion est très gros. Et l'augmentation des cadences a des couts très forts . Il faut peser le cout de toutes améliorations de gains . C'est ce qui se passe aujourd'hui. Cela amenera encore des changements dans les années à venir . Maintenant oui, la supply chain doit s'améliorer . Sous contrôle, au risque d'en perdre en route.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 18h28 -

Est-ce que l' expression lean management convient pour cette industrie qui a toujours produit à petite cadence? Mêmes les familles 737 et 320 ne dépasseront guère les 50/mois et pas longtemps. C' est une grosse exception pour confirmer la règle de 12/mois rarement depuis la fin de la seconde GM, et 3/4 le plus souvent et nettement moins pour pas mal d' échecs en 60 ans...
Répondre au commentaire
Lire la suite

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus