Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[TRIBUNE] En R&D il faut choisir entre le lean digital ou le déclin

Frédéric Parisot , ,

Publié le

Tribune Voilà plus de cinquante ans que les industriels déploient les concepts du lean en production. Depuis peu, la méthode inspirée du Toyota Production System se voit déclinée dans les services R&D, où elle permet un meilleur suivi de l'avancement des projets et la possibilité de réduire le temps de mise sur le marché des produits. Pour Arnaud Demit, directeur de l'activité Excellence Opérationnelle chez CapGemini Consulting, ne pas s'intéresser au lean R&D c'est prendre le risque de se faire dépasser par ses concurrents.

[TRIBUNE] En R&D il faut choisir entre le lean digital ou le déclin

Plus d’une entreprise sur dix a un résultat net négatif malgré des investissements conséquents en R&D, selon une étude du cabinet CapGemini Consulting. Certaines se retrouvent en faillite, même des géants que l’on pensait indétrônables. Dans différents exemples analysés, on retrouve une composante commune : une R&D en manque d’agilité menant à des désastres économiques. Les erreurs en R&D sont nombreuses et demeureront, l’objectif n’est pas tant de les éradiquer mais de gagner en agilité pour y faire face et rebondir. Cette analyse se retrouve dans tous les secteurs, de l’alimentaire aux nouvelles technologies en passant par l’aéronautique ou l’automobile.

Des erreurs en R&D qui coûtent cher

La première erreur fatale est l’incompréhension des attentes des clients. Pour illustration, un acteur clé du marché de la nourriture pour nourrisson a pressenti dès les années 70 un marché en or à destination des adultes : les produits alimentaires sains et à consommer sur le pouce. Ils se sont alors empressés de lancer une gamme de produit qui s’est révélé être un cuisant échec. Pour cause, la société a choisi d’adapter sa gamme bébé à des adultes alors que leurs attentes sont totalement différentes. Conséquence, le produit a été retiré du marché 3 mois après son lancement.

Même constat sur le marché des téléphones portables. Dans les années 2010, l’un des leaders de ce marché s’est fortement affaibli malgré une avance considérable jusqu’à se séparer de sa branche de terminaux mobiles. La raison est à trouver dans un manque de réactivité face à un besoin client en pleine évolution.

La deuxième sous-performance hautement dommageable est l’erreur de développement, même mineure. Ainsi, l’un des grands acteurs automobiles a dû rappeler plusieurs  millions de ses véhicules. Ces rappels ont engendrés des coûts astronomiques en logistique et en réparation, sans compter un impact désastreux sur leur image de marque ou les risques de sécurité engendrés pour leurs clients. La cause de ces retours ? Une "simple" erreur de conception sur un contacteur d’allumage du véhicule (pièce valant moins de 100€). De la même façon, un leader de la fabrication d’ordinateur a commis une erreur de conception sur ses chargeurs menant au rappel de 150 000 ordinateurs.

Il en va de même avec les délais de développement pour lesquels chaque jour de retard peut avoir également d’énormes impacts financiers. A titre d’exemple, la cotation boursière d’un développeur de jeux vidéo a perdu 9% de sa valeur en bourse lors de l’annonce de trois mois de retard de développement d’un jeu sur mobile.

Ces exemples illustrent bien l’impact démesuré que peut avoir sur la vie d’un produit l’ensemble des erreurs réalisées lors du développement.

Le Lean Engineering est la première réponse à apporter…

Quelle réponse apporter lorsque les délais de développement et la qualité du produit sont aussi critiques ? Spontanément, on pense à renforcer les investissements R&D. Or, cette réponse est inappropriée : d'après les données recueillies par le groupe de travail Recherche et innovation industrielles de la commission Européenne, aucun lien direct ne peut être démontré entre la performance économique ou R&D d’une entreprise et les investissements consacrés à la R&D.

L’expérience de Capgemini Consulting montre que l’implémentation des principes du Lean dans le domaine de la R&D, permet de garantir la qualité, les délais des projets ainsi que l’agilité de la fonction R&D. La capture de la voix du client, l’utilisation du set based engineering, l’intégration des fournisseurs ou encore les principes classiques Lean sont autant de leviers qui permettent de s’assurer de lancer des produits aux caractéristiques adéquates tout en accélérant les cycles de développement.

… mais ne suffit pas dans un contexte d’hyper compétitivité

L’adoption du Lean Engineering est donc essentielle, cependant dans des marchés ultra compétitifs cela ne suffit pas. Les R&D les plus performantes que nous accompagnons l’ont bien compris et surclassent les autres entreprises par la maîtrise des opportunités offertes par le digital.

A titre d’exemple, Michelin a expérimenté le développement de nouvelles formes de pneus innovantes en utilisant l’impression 3D. Cette expérimentation lancée en 2010 leur a permis de développer des pneus de meilleure qualité et de gagner des parts de marchés pour les véhicules légers. Grâce à la maîtrise acquise, les cycles de développement ont diminué drastiquement et ils ont pu étendre cette technologie à l’ensemble de leur gamme de pneus.

Autre exemple : en s’appuyant sur la modélisation numérique du processus industriel pendant la conception de l’A350, Airbus a bénéficié d’un saut de performance. En effet, les temps de développement et d’industrialisation ont été réduits de 30%, la collaboration entre ses différents services s’est améliorée, tout en augmentant la qualité du produit final.

En plus d’apporter des améliorations techniques, le digital permet également de supporter et d'accélérer la mise en place de démarches Lean avec le management visuel virtuel, les plate-formes collaboratives d’échange de bonnes pratiques… Capgemini Consulting a notamment accompagné un acteur automobile dans la mise en place d’outils collaboratifs, des écrans tactiles pour les réunions techniques. Cette innovation a permis de réduire par deux la durée des réunions multi-sites pour un même résultat.

Comment devenir une R&D Lean et digitale

Pour se positionner parmi les R&D performantes, une transformation d’entreprise est nécessaire. Pour être durable, celle-ci s’appuie sur l’évolution des processus, des moyens digitaux mais également par un changement des états d’esprits. Toute transformation doit être menée en parallèle selon ces trois axes sous peine de voir l’ensemble ne pas atteindre le niveau de performance souhaité.

Arnaud Demit, CapGemini Consulting

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle