L'Usine Aéro

[Tribune] Drone civil : les États-Unis accélèrent et dépassent la France

, ,

Publié le

Tribune de l'aéro Après plusieurs années d’attente, les Etats-Unis viennent de se doter d’une réglementation qui encadre l’utilisation des drones civils commerciaux. De quoi faire exploser le marché américain qui devrait très vite se hisser au premier rang mondial, selon Emmanuel de Maistre, co-fondateur de l’opérateur français Redbird. Le dirigeant mise avec son entreprise sur le segment du BTP.

[Tribune] Drone civil : les États-Unis accélèrent et dépassent la France

La Federal Aviation Association (FAA) vient de dévoiler le 21 juin 2016 la réglementation pour encadrer l’utilisation des drones civils commerciaux sur le sol américain. Parmi les mesures phares, la simplification des procédures à suivre pour faire voler un drone dans le cadre d’une activité commerciale et la réduction des délais d’attente pour recevoir les autorisations de vol correspondantes.

Cette nouvelle réglementation, très attendue, constitue une avancée majeure sur le marché du drone. Les États-Unis se placent désormais en tête de file d’un secteur qui était jusque-là mené par la France et d’autres pays Européens. Parmi les secteurs qui vont connaître un développement très rapide, celui de la construction et des travaux publics.  

Elle comprend notamment la création d’un brevet spécifique aux pilotes de drones, qui doivent désormais passer un test théorique et faire vérifier leurs antécédents par la TSA (Transportation Security Administration). La validation de ce brevet est automatique pour les pilotes privés sur demande aux autorités.

Dans le détail, la simplification des procédures permet désormais les opérations de vol à vue, de jour, en zone non-peuplée et de faire voler des drones de moins de 10 kilos à moins de 120m d’altitude par visibilité supérieure à 5 km. En dehors des espaces de classe B, C, D et E où ils doivent faire l’objet d’une demande préalable aux autorités compétentes, les vols effectués n’imposent plus de compléter un NOTAM (Notice To Airmen).

A partir du moment où l’ensemble des critères définis par la FAA est respecté, l’opérateur de drones peut exercer son activité sans faire de requête spécifique, ni de déclaration d’activité aux autorités. Le temps d’attente pour l’obtention des autorisations va donc être réduit à zéro pour les opérateurs concernés, alors qu’il était d’environ 6 mois jusqu’à présent.

les Etats-Unis sont en passe de devenir le 1er marché mondial

Cette nouvelle réglementation ouvre le champ libre aux opérateurs de drones américains pour accélérer leur développement de manière exponentielle. En effet, si la législation a mis du temps à se mettre en place sur le territoire américain, l’ensemble des acteurs se préparent à l’ouverture du marché depuis de nombreux mois, en particulier en Floride, en Californie et au Texas, qui utilisent d’ores et déjà les drones pour des missions industrielles et commerciales. 

Désormais, il faut s’attendre à une croissance spectaculaire du marché américain du drone civil, qui est en passe de devenir le premier marché mondial, tant en termes de chiffre d’affaires que de nombre d’opérateurs.

Selon une étude du cabinet Oliver Wyman publiée le 1er mars 2016, le marché mondial du drone à usage professionnel devrait générer quelques 6 milliards d’euros d’ici 5 ans alors qu’il ne pesait que 300 millions l’an passé. De même, 5500 opérateurs de drones civils sont déjà répertoriés aux Etats-Unis en l’espace d’un an, contre seulement 3 000 en France (sur 4 ans).

Le BTP, secteur le plus porteur et le plus mature

Même s’il est encore complexe d’avoir des estimations précises sur l’essor du marché dans les 5 ans à venir, nous sommes certains que des secteurs comme la construction, les mines, les carrières connaîtront les avancées les plus rapides, car ils sont déjà prêts à adopter la technologie drone, à grande échelle. C'est la stratégie adoptée par Redbird.

A l’image de la France ces dernières années, c’est dans la construction et l’industrie minérale que les solutions existantes sont les plus abouties. Les gestionnaires de chantiers reconnaissent aujourd’hui l’énorme valeur ajoutée des données drones pour leur activité.

Le marché américain représente une opportunité très concrète, avec 12 000 carrières, 2,000 mines à ciel ouvert et des centaines de milliers de chantiers sur tout le territoire.

La collecte des données par drone et leur analyse permettent de proposer aux exploitants de chantiers et de carrières un éventail de solutions pour leurs opérations, telles que, la gestion de leurs inventaires et des stocks de matériaux, le calcul des volumes de production, déplacés, abattus ou remblayés, le suivi de l’avancement des chantiers et la comparaison entre l’état actuel et le projet ou encore le diagnostic des pistes et l'optimisation des conditions de circulation, permettant en particulier des économies de carburant pour les engins de chantier.

Le marché du drone se joue aujourd’hui à l’international. Grâce à un environnement favorable et aux progrès dans la réglementation, les États-Unis passent un nouveau cap et devraient dominer le marché mondial très rapidement, passant même devant l’Europe. C’est aux États-Unis que les innovations sur le marché du drone civil vont être les plus importantes.

Emmanuel de Maistre est dirigeant et co-fondateur de l'opérateur de drones Redbird, également ancien président de la Fédération professionnelle du drone civil.

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte