L'Usine Santé

Tri des malades dans les hôpitaux : "On ne peut pas faire l'économie de règles de priorisation", selon le docteur Bertrand Guidet

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Les hôpitaux français disposent-ils des équipements et ressources nécessaires pour faire face à la deuxième vague de Covid-19 ? Sur quels critères seront-ils amenés à prioriser les malades à traiter ? L’Usine Nouvelle s’est entretenue avec Bertrand Guidet, chef de service de Médecine intensive réanimation à l’hôpital Saint Antoine et spécialiste des questions éthiques, qui a participé à la rédaction de recommandations.

Tri des malades dans les hôpitaux : On ne peut pas faire l'économie de règles de priorisation, selon le docteur Bertrand Guidet
Bertrand Guidet est chef de service de Médecine Intensive Réanimation à l’hôpital Saint Antoine et spécialiste des questions éthiques.
© Dahmane

L'Usine Nouvelle. - Qu’est-ce que cela signifie, être placé en réanimation ?

Bertrand Guidet. - La réanimation, c’est une unité d'hospitalisation capable de traiter les défaillances des principaux organes (cerveau, cœur, poumon, rein…). S’il n’est pas pris en charge, le malade risque le décès. Dans le cas de la Covid, la défaillance vitale est respiratoire. Il faut soit apporter au malade de l’oxygène à très haut débit, soit le malade est trop fatigué et il faut l’intuber : la machine se substitue alors au poumon pour assurer l'oxygénation de l’organisme.

Mais cela fait partie d’un tout : c’est de la médecine interne, qui va envisager le patient dans sa globalité. Il y a une démarche diagnostique pour comprendre cette défaillance. Et une dimension éthique avec la préoccupation d'apporter le meilleur traitement pour le bon malade. Il faut donc éviter des admissions inutiles car futiles et pouvant s'apparenter à de l'acharnement thérapeutique. Et a contrario dénier une admission avec une perte de chance potentielle. Cette dimension éthique s’inscrit dans une démarche collégiale, qui implique l’équipe et la famille dans la réflexion. Elle doit aussi être tracée dans le dossier.

Lors de la première vague de Covid, la France a connu des situations tendues, des malades ont dû être transférés dans d’autres régions. Mais sans jamais se retrouver dans le cas dramatique de l’Italie, qui a dû trier ses malades ?

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte